Billet hebdomadaire,

Responsable de la chronique : Denis Gagnon, o.p.
Billet hebdomadaire

Un nouveau monde

Imprimer

Le 9 juin 2013
dgagnon

C’est aujourd’hui vendredi. Depuis lundi, je nage avec une quinzaine d’autres personnes dans l’océan quasi infini d’Internet et des réseaux sociaux. Chaque jour de cette semaine exceptionnelle, nous nous sommes attablés devant notre ordinateur. Ouvrir une session de Facebook. Cliquer ici, cliquer là. Faire une recherche sur Google. Twitter. Consulter des sites WEB. Cinq jours d’initiation non seulement au maniement d’un appareil plein de mystères, mais aussi de tout un vocabulaire aussi étrange que fascinant.

L’univers du numérique est en train d’inonder la planète terre. Et surtout, il envahit et déploie nos petites caboches. Et cela ne fait que commencer. Que faut-il en penser? Sommes-nous obligés de plonger dans cet inconnu? Que peut-il bonifier dans notre existence? Quel danger nous réserve-t-il?

Je vous avoue bien franchement : j’ai failli paniquer. La peur s’est montré le bout du nez. Surtout quand le spécialiste qui animait nos discussions lança : «Si vous n’êtes pas sur Twitter, vous n’existez pas!» Autrement dit : si je ne suis pas numérisé, je n’aurais aucune réalité! Je serais un malheureux analphabète en train de couler dans une mer de requins. Mon ignorance de ces nouvelles technologies ferait de moi un manchot réduit au crayon ou au stylo à bille. Je vois déjà les gros yeux de l’environnementaliste me reprocher de gaspiller les forêts en utilisant encore du papier.

Calmons-nous un instant. Au moins un instant. L’inconnu peut nous faire peur. Prenons le temps de l’apprivoiser et même de nous laisser apprivoiser par lui. Comme l’apprentissage d’une langue, c’est petit à petit qu’on apprend à travailler et à vivre avec l’Internet et l’informatique. On commence par maîtriser des techniques élémentaires, puis d’autres plus sophistiquées. Au-delà de la technique, on entre dans des univers qui nous seraient inaccessibles sans Internet et les réseaux sociaux. Notre ordinateur devient une puissante encyclopédie. Grâce à lui, presque toutes les connaissances nous deviennent abordables.

La richesse inestimable de ces nouveaux moyens de communication réside dans les liens humains qu’ils permettent de créer. Des réseaux deviennent possibles. «Les personnes participent à construire des relations et à trouver de l’amitié, dans la recherche de réponses à leurs questions, en se divertissant mais aussi en se stimulant intellectuellement et dans le souci du partage des compétences et des connaissances. En unissant les personnes en fonction de ces besoins fondamentaux, les réseaux font de plus en plus partie du tissu social même. Les réseaux sociaux sont donc alimentés par des aspirations dans le cœur humain.» (Benoît XVI, «Réseaux sociaux : portes de vérité et de foi, nouveaux espaces pour l’évangélisation»)

Beaucoup d’utilisateurs d’Internet et des réseaux sociaux ont compris leur importance pour la diffusion de l’Évangile. L’Évangile doit pouvoir se dire aussi dans cette culture en train de naître. Là aussi le Christ veut nous rencontrer puisque tout ce qui est humain peut être rencontre du divin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Billet hebdomadaire

Les autres chroniques du mois