Spiritualité 2000 met à votre disposition 22 années d’archives, soit près de cinq mille articles. Un grand merci à tous nos artisans qui ont su rendre possible cette aventure ayant rejoint des millions d’internautes.

Le rosaire dans la ville,

Responsable de la chronique : Simon Lessard
Le rosaire dans la ville

Entre deux temps : l’Ascension (Actes 1, 6-11)

Imprimer Par Simon Lessard

Les apôtres sont réunis en cercle autour de Jésus. Dernière rencontre avant le grand départ, une seconde dernière scène en quelque sorte. Questions et désirs sont exprimés « Seigneur, est-ce maintenant, le temps où tu vas restaurer la royauté en Israël ? » Aspirations bien terrestres que révèlent ces dernières paroles adressées au Seigneur. Mais Jésus ne les réprimande pas. Il leur répond seulement d’attendre avec confiance. « Il ne vous appartient pas de connaître les temps et moments que le Père a fixés. » Il sait que bientôt leurs yeux s’ouvriront. « Vous allez recevoir une force, celle de l’Esprit Saint qui descendra sur vous ».

ascensio

Puis sous leur regard, Jésus s’élève, il monte et monte, jusqu’à disparaître totalement dans la nuée qui le dérobe à leurs yeux. Pour un temps les apôtres restent les yeux fixés au ciel, ne comprenant pas très bien ce qui vient d’arriver, ni ce qu’ils doivent faire. Temps de transition, temps de suspension, temps hors du temps. Tout se fixe pour un instant comme la balle tirée en l’air qui s’arrête un instant au sommet de sa course avant de changer de direction et de redescendre. Et voilà qu’une voix les réveille : « Pourquoi restez-vous ainsi à regarder le ciel ? »

Dès lors, ils abaissent leur regard. Leurs yeux ne savent plus où se fixer. Cela fait trois ans qu’ils sont habitués à toujours suivre Jésus des yeux. Mais voilà que Jésus étant absent, ils doivent fixer autre chose. Que voient-ils ? Soudain… prise de conscience. Réunis en cercle, ils se voient les uns les autres ! Cela fait si longtemps qu’ils étaient ensemble et ils s’étaient si peu regardés, si peu occupés les uns des autres. Puis leur revient les enseignements du maitre : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimé. » « C’est à l’amour que vous aurez les uns pour les autres que l’on vous reconnaitra que vous êtes mes disciples. »

L’absence de la Tête permet de mieux voir la présence de son Corps. Désormais, ils aimeront Jésus en aimant leurs frères. Désormais, ils transmettront ce qu’ils ont eux-mêmes reçu. C’est la fin d’un temps et le début d’un autre. Temps pivot entre deux temps. Fin du temps de Jésus et début du temps de l’Église. « Vous serez mes témoins… jusqu’aux extrémités de la terre. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le rosaire dans la ville

Les autres thèmes