Éditorial,

Responsable de la chronique : Jacques Marcotte, o.p.
Éditorial

Un monde sensible au sens

Imprimer Par Jacques Marcotte, o.p.

11 PereJacquesMarcotteJe travaille depuis quelques mois dans un centre d’accueil pour personnes âgées. Dès le début je me suis tout d’un coup retrouvé confronté à un monde clos qui vit à son rythme, conditionné par la routine des médicaments, des repas et des soins de base.

J’ai appris peu à peu à connaître ces personnes parfois résignées, parfois aux prises avec la colère ou avec un fort sentiment d’impuissance devant leur état. Beaucoup souffrent de handicaps physiques, d’autres ont perdu leurs capacités cognitives. Par contre, plusieurs ont gardé une forme étonnante malgré leur âge avancé. Ces derniers doivent relever le défi d’un compagnonnage souvent difficile et peu fonctionnel avec les autres résidents moins alertes et moins autonomes. Ensemble toutes ces personnes forment une mosaïque aux couleurs les plus variées; c’est vers elles que je suis envoyé comme pasteur.

Dans ce monde, je dois constamment inventer les façons appropriées de me faire proche. Par ailleurs, je sens dans ce milieu un profond respect pour la dimension que je représente et une réelle implication, autant de la part du personnel administratif que des différents intervenants qui oeuvrent auprès des pensionnaires. La pastorale jouit d’un préjugé favorable. Elle est bienvenue.

Outre les soins directs à donner, on a ici le souci de bâtir un véritable milieu de vie. Il faut comprendre qu’une part importante des interventions se situe au niveau individuel; chacun ayant des besoins presque spécifiques de sorte qu’une attention à chacun et à chacune est primordiale. Un traitement collectif est cependant important et nécessaire pour créer des liens et nourrir le sentiment d’appartenance. Tout en s’assurant que la liberté de chacun soit respectée en tout temps.

personnes-agees

Comment intervenir utilement comme pasteur? Cette question m’habite depuis le début et elle me préoccupe tant les défis à relever sont grands. Il y a bien sûr les attentes sacramentelles auxquelles plusieurs pensent d’abord : la messe et les autres services associés; mais il y a aussi les questions du sens profond d’une vie qui décline et qui s’en va, des clichés qui font mal et qui empêchent de cheminer sainement, des obstacles qui empêchent d’intégrer les paroles de réconfort et d’espérance. Oui, il y a tout ça! C’est pourquoi je sens un impérieux besoin de simplifier, autant que faire se peut, le langage qui peut vraiment rejoindre l’autre, sans bien sûr, porter atteinte à sa dignité. Je sais la nécessité d’une écoute attentive, active, avec au centre la personne dans son mystère. Comme pasteur, il me faut surtout rester vigilant pour ne pas m’écarter de l’objectif primordial que je poursuis : permettre à toutes les personnes de ce milieu de vivre une relation ouverte sur l’Autre. L’enjeu ultime étant d’offrir la possibilité à Dieu de rencontrer la personne à travers ce ministère que j’ai mission d’exercer auprès d’elle.

En terminant, Spiritualité 2000 a décidé d’innover, à compter du mois de mai, en remodelant le profil de son site; ceci dans le but de vous offrir un accès plus facile aux divers documents et une lecture toujours plus agréable d’un contenu qui ne souhaite que répondre à vos attentes de lecteurs et lectrices toujours fidèles. Nous espérons que vous aurez un réel plaisir à naviguer sur les pages reconfigurées de votre site préférée. Heureux temps pascal!

Jacques Marcotte, OP
En collaboration avec Anne Saulnier
Québec

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Éditorial

Les autres chroniques du mois