Billet hebdomadaire,

Responsable de la chronique :
Billet hebdomadaire

Joyeux Noël

Imprimer Par Denis Gagnon

«Joyeux Noël!» : probablement la formule la plus utilisée pour offrir des vœux à l’approche de la grande fête. La popularité de la formule risque d’en faire un passe-partout, une expression banale. Peut-être l’avons-nous vidée de toute signification. Et pourtant…

La joie est au rendez-vous en ces derniers jours de décembre. Le Père Noël la suscite dans le cœur des petits. Lui et ses lutins, sa fée des étoiles la laissent éclater d’un coup de baguette magique.

Les cadeaux et les cartes de vœux, qu’ils viennent du gros bonhomme à barbe blanche ou d’ailleurs, transforment en regards lumineux les moindres visages sombres. En général, nous sommes heureux des choses qu’on nous offre. La joie qui nous habite provient surtout de la déclaration d’amour ou d’amitié que laissent deviner ces cadeaux.

Chez les chrétiennes et les chrétiens, la joie provient de la reconnaissance des attentions de Dieu. Dieu vient chez nous. Celui en qui nous croyons, celui en qui nous espérons… «Venez, crions de joie pour le Seigneur, acclamons le rocher qui nous sauve…» (Psaume 95) «Joie au ciel, exulte la terre… car il vient le Seigneur…» (Psaume 96) Les poètes bibliques se laissent aller à qui mieux mieux, d’un cri de joie à un autre.

Le plus joyeux des auteurs bibliques, ce me semble, c’est l’évangéliste Luc. Son évangile commence dans l’éclat joyeux depuis les anges jusqu’à Jean Baptiste, en passant par Marie et Élisabeth. «Réjouis-toi, Marie!», dit Gabriel… Même le bébé en gestation dans le sein de la vieille Élisabeth se lance dans sa première danse.

La joie est partagée surtout par les petites gens, les humbles. Les pauvres sont si peu habitués à recevoir de l’attention qu’ils reconnaissent les gestes de Dieu plus rapidement que les riches embourbés dans leurs richesses.

En ces jours marqués par de cruelles tragédies, que le mystère de Noël soutienne notre confiance en l’être humain, en sa bonté, en son avenir. Plus nous serons humains, plus Dieu naîtra dans nos Bethléem. Car Dieu est plus humain encore que nous-mêmes. Et que la joie soit présente dans nos rencontres.

Joyeux Noël!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Billet hebdomadaire

Les autres chroniques du mois