Éditorial,

Responsable de la chronique :
Éditorial

Au commencement, la Parole!

Imprimer Par Jacques Marcotte

Dans mon enfance, j’ai souvent observé ma mère – lorsqu’elle travaillait toute seule à faire le ménage, le lavage, le repassage et toutes les tâches domestiques – , elle parlait avec elle-même. Elle soliloquait, exprimant un discours que je ne comprenais pas, mais dont je savais qu’il était sa pensée, sa méditation, ses inquiétudes, sa prière.

Tout le monde parle. Nous avons une irrépressible besoin de parler. Notre âme et notre esprit tiennent dans quelques paroles que nous avons un besoin absolu de dire à qui voudra bien les entendre.

Lors d’un séjour, en touriste, dans quelques villes européennes, cet automne, j’ai été maintes fois étonné de voir l’ampleur du phénomène « portable » et I-Phone. Tout le monde parle tout le temps. Une telle frénésie de communication, cette propension et cette fidélité à se parler, à garder contact toujours et partout, par-delà toute distance, en toute circonstance, donne à réfléchir.

Et toutes ces heures passées avec des amis, en famille, autour d’un repas, à la maison ou au restaurant, sur la route, tout ce temps investi à se parler, à se dire et à deviser. C’est là comme une nécessité, une fonction vitale, un réflexe de nature, un élément constitutif de nos êtres. C’est une poussée qui vient de loin, qui vient de source. Elle s’accommode et se nourrit même de nos silences.

Je trouve là une belle correspondance avec Dieu tel qu’il se révèle à nous. Comme celui qui parle, qui ne cherche qu’à se dire… dans la création d’abord. « Au commencement était le Verbe » et encore : « Au commencement Dieu dit… ». Sa parole a fait les mondes. Cette Parole, c’est lui, Dieu de lumière, de vie, le Dieu des promesses et de l’Alliance.

Tout au long d’une histoire sainte il nous a parlé. Il a parlé pour nous dire quelque chose, pour dire finalement quelqu’un. Et ce quelqu’un, c’est « une part » de lui-même. C’est son Fils. « Et le Verbe s’est fait chair. »

Merveilleux message que celui de Noël, qui nous apporte une aussi dense et consistante parole, celle de Dieu lui-même proféré en nos langages d’homme. De quoi inspirer et sanctifier cet élan qui nous porte viscéralement les uns vers les autres, pour nous dire, pour donner, pour vivre en communion… à l’image de ce que notre Dieu est en lui-même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Éditorial

Les autres chroniques du mois