Parole et vie,

Responsable de la chronique : Dominique Charles, o.p.
Parole et vie

Pentecôte. Année B.

Imprimer Par François-Dominique Charles

Recevez l’Esprit Saint !

À l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Quand viendra le Défenseur, que je vous enverrai d’auprès du Père, lui, l’Esprit de vérité qui procède du Père, il rendra témoignage en ma faveur.
Et vous aussi, vous rendrez témoignage, vous qui êtes avec moi depuis le commencement.
J’aurais encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous n’avez pas la force de les porter.
Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous guidera vers la vérité tout entière. En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même : il redira tout ce qu’il aura entendu ; et ce qui va venir, il vous le fera connaître.
Il me glorifiera, car il reprendra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître.
Tout ce qui appartient au Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : Il reprend ce qui vient de moi pour vous le faire connaître.

COMMENTAIRE

Pour être vraiment disciple du Christ, il est nécessaire d’accueillir en soi l’Esprit-Saint. C’est le même Esprit qui agit à l’Annonciation et qui investit Jésus au Baptême qui est répandu sur les disciples le jour de la Pentecôte. C’est l’Esprit, qui a présidé à toute l’activité de Jésus, qui anime aussi toute la mission de l’Église au cours des siècles. Aujourd’hui, Jésus ressuscité nous dit : « Recevez l’Esprit Saint ! »

Pour que l’œuvre accomplie par Jésus dans sa Pâque ait une réelle fécondité dans la vie des hommes, il fallait que l’Esprit-Saint qui avait déchiré les cieux au baptême leur soit donné. Il fallait que son propre Souffle puisse aussi les animer. Car l’Esprit, c’est la Vie de Dieu, c’est la Vie du Christ, c’est notre Vie. L’Esprit c’est l’Amour de Dieu, c’est l’Amour du Christ, c’est notre force d’aimer. L’Esprit, c’est cette incessante et éternelle respiration d’amour en Dieu qui, selon les mots de Paul aux Romains, a été répandue dans nos cœurs (cf. Rm 5,5) pour que nous ayons la capacité d’aimer comme Jésus. Sans le don de l’Esprit, comment pourrions-nous mettre en pratique le commandement de l’amour que Jésus nous a laissé ?

La Pentecôte, c’est donc la fête de l’Esprit répandu sans mesure dans nos cœurs de croyants pour que nous respirions du Souffle de Dieu, que nous vivions de la Vie de Dieu, que nous aimions de l’Amour de Dieu, que nous soyons des demeures de Dieu. Il n’y a de vie vraiment chrétienne que dans la mouvance de l’Esprit-Saint, dans le dynamisme de l’amour du Dieu vivant : « L’Esprit nous fait vivre, laissons-nous conduire par l’Esprit… » (Cf. Ga 5,16.18.25).

Les lectures de ce jour nous parlent de l’Esprit Saint de manières très variées : vent violent qui s’infiltre partout et dont nul ne sait ni d’où il vient ni où il va ; feu de l’amour de Dieu que Jésus est venu allumer sur la terre (Lc 12, 49) et dont la brûlure cautérise toutes blessures ; l’Esprit qui nous fait vivre et hériter du Royaume de Dieu ; l’Esprit de vérité qui procède du Père et nous fait témoins du Ressuscité. Ainsi, Pentecôte, c’est la grande fête de tous les croyants en qui Dieu vient habiter pour les sanctifier, pour les diviniser, pour les faire se lever et parcourir le monde, pour qu’ils vivent en ressuscités et qu’ils répandent partout la bonne odeur du Christ Ressuscité, pour qu’ils soient habités d’une invincible espérance et de la joie contagieuse du Royaume.

Pentecôte, c’est aussi la fête de toute l’Église que l’Esprit fait naître, rassemble et anime de l’intérieur. La maison où les croyants se tenaient réunis tous ensemble le jour de la Pentecôte est en effet une belle image de l’Église : toute la maison et chacun de ceux qui s’y trouvaient furent remplis de l’Esprit ! Avec le don de l’Esprit, la maison s’ouvre à tous : la foule de toutes les nations peut s’y rassembler pour entendre la Bonne Nouvelle dans sa propre langue, littéralement dans son propre « dialecte ».

Comme au temps des Apôtres, l’Esprit est à l’œuvre aujourd’hui en chacun de nous. Comme un guide intérieur, il nous provoque à vivre, à espérer, à croire, à aimer. Il nous apprend à mettre nos pas dans ceux du Christ. L’Esprit de vérité, écrit saint Jean, vous guidera vers la vérité toute entière ! L’Esprit a donc pour mission de nous introduire dans l’intimité de la vie divine parce qu’il est le lien d’Amour entre le Père et le Fils. Nous sommes, par l’Esprit qui habite en nous, la demeure de Dieu. Sans l’Esprit, comment pourrions-nous confesser que Jésus est Seigneur ? Sans l’Esprit qui crie en nous, comment pourrions-nous prier en disant : « Abba, Père » ? Sans l’Esprit qui habite en nous, comment pourrions nous comprendre les Écritures et célébrer ensemble le repas du Seigneur ?

Toute notre vie est un combat où nous apprenons à vivre non pas selon la chair, mais selon l’Esprit (cf. Ga 5,16-17). En effet, si nous laissons l’Esprit nous guider, nous apprendrons à ne plus vivre pour nous-mêmes mais pour Dieu : « Ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi par son Esprit qui habite en moi » (Ga 2,20 ; Rm 8,9). Le disciple du Christ qui a accueilli en lui l’Esprit-Saint vit dans le monde mais sans être du monde. Le secret de la vie chrétienne consiste donc à se laisser conduire par l’Esprit dans une existence grande ouverte où peut s’approfondir une communion véritable avec Dieu et avec les autres.

L’Esprit est le seul à connaître notre langage caché, lui qui sonde les profondeurs de l’homme et de Dieu. La psychanalyse nous a appris la complexité de la langue de nos corps et de nos esprits. L’Esprit de Dieu la connaît mieux que personne, lui qui parle toutes les langues. C’est pourquoi il peut parler aux régions les plus obscures et les plus intimes des êtres qu’il habite, là où toute conversion a des racines véritables. Au plus intime de chacun de nous, Dieu habite et parle par son Esprit. Sommes-nous un peu attentifs aux appels de l’Esprit ?

Invoquons plus spécialement aujourd’hui l’Esprit du Seigneur pour qu’il pacifie tous ceux qui peinent et qu’il fasse voler en éclats toutes les forces de haine qui se déchainent dans le monde. Car il est aussi l’Esprit de paix : « La paix soit avec vous ! » Qu’il fasse se lever de nombreux artisans de paix parmi tous les disciples de Jésus. Que partout où souffrent des hommes et des femmes puissent se lever d’authentiques disciples de Jésus animés par l’Esprit. « Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie ! Recevez l’Esprit Saint ! » Que se lèvent d’infatigables messagers de l’Évangile qui proclament, avec l’audace de l’Esprit qu’ils ont reçu, l’immense miséricorde de Dieu pour les hommes de toutes conditions et de toutes nations. Que l’Esprit répandu sur le monde apprenne aux hommes de toute la terre à parler la langue unique de la charité !

Frère François-Dominique CHARLES, o.p.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Parole et vie

Les autres chroniques du mois