Témoins du Christ,

Responsable de la chronique :
Témoins du Christ

L’évangile est pour nous dans l’invention

Imprimer Par Maurice Bellet

L’Évangile est pour nous dans l’invention. Il est dans l’interprétation actuelle de l’actuel. Soutenue sans doute par le Souffle. Mais avançant hardiment dans le vide du pas-encore-dit.

Les croyants sont devenus essentiellement craintifs. Pas en tout, bien sûr ; il y a parmi eux de grands courages. Mais ils sont craintifs à la pointe de leur foi, là où elle devrait entamer le mur qui clôt ce monde en sa tristesse.

Il leur faut un peu se déplacer ! Dans le Nouveau Testament, on voit la jeune foi chrétienne, d’abord toute en attente de l’eschatologie imminente, passer à cette verticalité de la « vie éternelle » présente dès maintenant en notre vie mortelle.

Sans rien oublier, sans rien exclure. La foi n’a pas besoin de détruire pour s’avancer ; elle n’est pas dialectique. Elle est comme l’arbre, qui garde toutes ses années, mais croît.

Et la vérité de l’arbre, dit l’Évangile, est dans son fruit. Et quel fruit, sinon cet amour, premier, savoureux, constant, inentamable, où l’être humain trouve assurance, jusque contre cette part de lui-même qui veut sa destruction ?

Cet amour, que la foi dit « de Dieu », passe par l’homme à l’homme. C’’est lui la substance de la Tradition où la transmission, comme la vie du corps passe par les parents.

Elle passe, en effet. Elle vient de bien plus haut qu’eux. Que leur malheur meure avec eux ! Je garderai la vie qu’ils m’ont donnée et qui ne leur appartient pas.

De même de ce très grand amour. Quelque chose m’en vient par les présences, les paroles, les gestes, les textes, ceux et celles-là qui me les donnent. Noms propres, y compris ceux de l’Écriture, y compris le premier. Mais ce qui s’éveille en moi, en nous, ne leur appartient pas. Cela vient de plus haut et surgit, neuf, en chaque nouvelle naissance d’homme.

Mais ce n’est rien d’autre, absolument rien d’autre que cet amour insaisissable et plus que fondateur dont je suis. Tout ce qui s’ajoute soustrait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Témoins du Christ

Les autres chroniques du mois