Parole et vie,

Responsable de la chronique : Dominique Charles, o.p.
Parole et vie

33e Dimanche du temps ordinaire. Année A.

Imprimer Par François-Dominique Charles

N’ayons pas peur de prendre des risques !

Jésus parlait à ses disciples de sa venue ; il disait cette parabole : « Un homme, qui partait en voyage, appela ses serviteurs et leur confia ses biens.
A l’un il donna une somme de cinq talents, à un autre deux talents, au troisième un seul, à chacun selon ses capacités. Puis il partit.
Aussitôt, celui qui avait reçu cinq talents s’occupa de les faire valoir et en gagna cinq autres.
De même, celui qui avait reçu deux talents en gagna deux autres.
Mais celui qui n’en avait reçu qu’un creusa la terre et enfouit l’argent de son maître.
Longtemps après, leur maître revient et il leur demande des comptes.
Celui qui avait reçu les cinq talents s’avança en apportant cinq autres talents et dit : ‘Seigneur, tu m’as confié cinq talents ; voilà, j’en ai gagné cinq autres. –
Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître. ‘
Celui qui avait reçu deux talents s’avança ensuite et dit : ‘Seigneur, tu m’as confié deux talents ; voilà, j’en ai gagné deux autres. –
Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître. ‘
Celui qui avait reçu un seul talent s’avança ensuite et dit : ‘Seigneur, je savais que tu es un homme dur : tu moissonnes là où tu n’as pas semé, tu ramasses là où tu n’as pas répandu le grain.
J’ai eu peur, et je suis allé enfouir ton talent dans la terre. Le voici. Tu as ce qui t’appartient. ‘
Son maître lui répliqua : ‘Serviteur mauvais et paresseux, tu savais que je moissonne là où je n’ai pas semé, que je ramasse le grain là où je ne l’ai pas répandu.
Alors, il fallait placer mon argent à la banque ; et, à mon retour, je l’aurais retrouvé avec les intérêts.
Enlevez-lui donc son talent et donnez-le à celui qui en a dix.
Car celui qui a recevra encore, et il sera dans l’abondance. Mais celui qui n’a rien se fera enlever même ce qu’il a.
Quant à ce serviteur bon à rien, jetez-le dehors dans les ténèbres ; là il y aura des pleurs et des grincements de dents ! ‘

COMMENTAIRE

La parabole de ce dimanche est déconcertante ; la conclusion peut même sembler contraire à tout l’enseignement de Jésus dans les évangiles : Jésus peut-il rejeter quelqu’un loin de lui, dans les ténèbres ? Il convient donc de faire un effort d’attention à tous les petits détails de l’histoire pour en comprendre le message : Jésus y lance un appel à tout disciple pour qu’il assume sa part de responsabilité au service de l’annonce de la Bonne Nouvelle et de la communauté chrétienne.

Quel est cet homme qui, avant de partir pour un long voyage, appelle ses serviteurs pour leur confier ses biens ? Puisque nous sommes dans le chapitre 25 de l’évangile de Matthieu où l’évangéliste rassemble l’enseignement de Jésus sur la fin des temps, il ne peut s’agir que de Jésus lui-même. Souvenons-nous que, dans la parabole précédente, les vierges sages et les vierges folles attendent la venue de l’époux : or, de quel époux peut-il s’agir sinon de Jésus ? Quant au texte qui suit la parabole des talents, c’est celui du jugement dernier ; et qui est ce « Fils de l’homme » qui viendra dans sa gloire et ce « Roi » qui dit : « venez les bénis de mon Père » ? Là encore, il ne peut s’agir que de Jésus. Ainsi, dans les trois paraboles du chapitre 25 de Matthieu, il est question du retour (ou de la venue) de Jésus à la fin des temps. Nous comprenons alors que le voyage, évoqué dans la parabole d’aujourd’hui, est celui que Jésus devra faire au terme de sa vie terrestre. Il est intéressant de remarquer que la parabole ne précise pas la durée de son absence ; elle se limite à dire que le Maître revient « longtemps après » (25,19). On aurait pu traduire le mot « Maître » par celui de « Seigneur » car il s’agit du mot qui désigne Dieu dans la Bible et qui est employé dans le Nouveau Testament à propos de Jésus ressuscité et glorifié. Remarquons que « l’homme » du début de la parabole est devenu ensuite le « Maître », possible allusion au « voyage » pascal de Jésus : l’homme mis à mort dans sa Passion revient comme Seigneur Ressuscité.

Concernant les serviteurs, la parabole dit qu’ils sont « appelés » par leur maître : voilà un verbe qui caractérise dans les évangiles l’appel des disciples par Jésus. Ainsi, à propos de Jacques et Jean, il est précisé ceci : « il les appela » et « ils le suivirent » (Mt 4,21). Les trois serviteurs représentent donc des types de disciple : ils ont été appelés et c’est à eux que le Maître confie tous ses biens. Les biens dont il s’agit sont extrêmement précieux puisqu’un talent représentait une trentaine de kilos d’or, c’est-à-dire le salaire d’un laboureur durant environ une vingtaine d’années. Quels sont donc ces biens précieux du Maître ? Dans la perspective de Matthieu, il s’agit de toute évidence de sa Parole et de sa communauté. Au départ de leur Seigneur, les serviteurs reçoivent la mission de continuer son œuvre, en faisant fructifier sa Parole et en faisant grandir l’Église au service de laquelle ils ont été appelés.

Avec cet éclairage, la parabole vient clairement interpeler chacun des disciples que nous sommes : quel est notre investissement au service de la Parole du Seigneur et au service de son Église ? L’histoire racontée par Jésus n’est pas faite pour nous faire peur mais pour nous rappeler que le Seigneur nous prend très au sérieux et qu’il nous demandera de rendre compte des talents qu’il nous a confiés.

De quels talents s’agit-il ? Certainement pas de nos capacités personnelles puisque c’est le Seigneur qui confie son propre bien à chacun des serviteurs, « selon ses capacités ». Il nous confie donc ce qui est à lui en nous demandant de le faire fructifier. Le grand danger qui est dénoncé ici est celui d’enfouir les richesses que nous avons reçues, c’est-à-dire de les garder pour nous-mêmes. La dynamique évangélique consiste plutôt à prendre des risques au service de la proclamation de la Parole et au service de nos frères et sœurs. Le repli sur soi et la peur ne sont pas des attitudes évangéliques car elles font obstacle à la mission, et c’est pourquoi elles sont condamnées sans appel.

Tous ceux qui ont été appelés à sa suite par le Christ sont donc responsables de la proclamation de sa Parole et ont à assumer, chacun selon leur appel, des responsabilités dans l’Église et dans l’annonce de l’Évangile. Nous tous, qui nous disons chrétiens, nous avons reçu la mission d’annoncer par tout ce que nous sommes cette Bonne Nouvelle du Christ que nous n’avons pas le droit d’enfouir, c’est-à-dire de taire et d’étouffer. Il convient de bien comprendre que la Parole du Seigneur est une richesse qui ne nous appartient pas ; elle nous est « confiée » pour porter du fruit dans nos existences et non pour y être enfouie de telle sorte qu’elle ne puisse pas nous transformer et rayonner autour de nous à travers notre manière d’être.

Cette parabole dont la conclusion semble terrible veut réveiller notre attention afin que nous prenions au sérieux son enseignement. Celui qui, dans l’Église, ne contribue pas à la dynamique de la mission et à l’annonce de la Parole de Jésus risque fort de se placer lui-même en dehors de sa lumière, dans les ténèbres extérieures. Il ne s’agit pas ici d’un rejet du Christ mais d’une insistance forte sur la confiance que le Seigneur nous fait quand il nous appelle et sur l’importance de nous montrer responsables de la mission qu’il nous confie.

Comme l’écrit si bien saint Paul dans la deuxième lecture, nous sommes des fils de la lumière, des fils du jour ; nous n’appartenons pas à la nuit et aux ténèbres ! En effet, la lumière de la Parole du Christ est notre richesse et le Seigneur nous l’a confiée pour qu’elle illumine le monde dès maintenant, dans l’attente de sa venue !

Frère François-Dominique CHARLES, o.p.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Parole et vie

Les autres chroniques du mois