Parole et vie,

Responsable de la chronique : Dominique Charles, o.p.
Parole et vie

6e Dimanche du temps ordinaire. Année A.

Imprimer Par François-Dominique Charles

La loi du Christ qui rend libre : vivre pour les autres

Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi ou les Prophètes :je ne suis pas venu abolir, mais accomplir.
Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas une lettre, pas un seul petit trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise.
Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le Royaume des cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera sera déclaré grand dans le Royaume des cieux.
Je vous le dis en effet : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le Royaume des cieux.
Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre, et si quelqu’un commet un meurtre, il en répondra au tribunal.
Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère en répondra au tribunal. Si quelqu’un insulte son frère, il en répondra au grand conseil. Si quelqu’un maudit son frère, il sera passible de la géhenne de feu.
Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande sur l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi,
laisse ton offrande là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande.
Accorde-toi vite avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison.
Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou.
Vous avez appris qu’il a été dit : Tu ne commettras pas d’adultère.
Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui regarde une femme et la désire a déjà commis l’adultère avec elle dans son cœur.
Si ton œil droit entraîne ta chute, arrache-le et jette-le loin de toi : car c’est ton intérêt de perdre un de tes membres, et que ton corps tout entier ne soit pas jeté dans la géhenne.
Et si ta main droite entraîne ta chute, coupe-la et jette-la loin de toi : car c’est ton intérêt de perdre un de tes membres, et que ton corps tout entier ne s’en aille pas dans la géhenne.
Il a été dit encore : Si quelqu’un renvoie sa femme, qu’il lui donne un acte de répudiation.
Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui renvoie sa femme, sauf en cas d’union illégitime, la pousse à l’adultère ; et si quelqu’un épouse une femme renvoyée, il est adultère.
Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne feras pas de faux serments, mais tu t’acquitteras de tes serments envers le Seigneur.
Eh bien moi, je vous dis de ne faire aucun serment, ni par le ciel, car c’est le trône de Dieu,
ni par la terre, car elle est son marchepied, ni par Jérusalem, car elle est la Cité du grand Roi.
Et tu ne jureras pas non plus sur ta tête, parce que tu ne peux pas rendre un seul de tes cheveux blanc ou noir.
Quand vous dites ‘oui’, que ce soit un ‘oui’, quand vous dites ‘non’, que ce soit un ‘non’. Tout ce qui est en plus vient du Mauvais.

COMMENTAIRE

Dans un livre déjà ancien dont j’ai oublié le titre, j’ai lu le récit d’Hermine, petite fille juive qui avait 12 ans en 1942 et qui raconte qu’au camp de Rivesaltes (au Sud de la France, dans les Pyrénées Orientales, en zone libre pendant l’occupation), les enfants de moins de 15 ans pouvaient, avec l’autorisation de leur mère, faire des séjours de quelques semaines hors du camp et y revenir ensuite. Elle ne voulait pas quitter sa mère qui représentait tout pour elle. La décision de quitter le camp fut prise par son père qui réussit à persuader la maman de signer l’autorisation. Le père dit à sa fille : « Tu dois partir avec les autres enfants, car nous, on ne vivra pas. Et s’il y a quelqu’un qui a une chance de survivre, c’est toi. Pour nous, c’est fini. Je veux que tu vives. »

Cette histoire me rappelle le très beau film de Radu Mihaileaunu, Va, vis et deviens, sorti en 2005, où un enfant éthiopien chrétien de 9 ans est poussé par sa propre mère à se déclarer juif pour être emmené en Israël à la place d’un enfant Falacha qui vient de mourir et être ainsi sauvé de la famine. Il sera adopté par une famille israélienne laïque. Jamais « Schlomo » (nom donné à l’enfant en Israël) ne pourra oublier sa mère qui, par ce geste, l’a sauvé en se séparant de lui. Un choix déchirant pour elle et pour l’enfant. Un choix qui était « vital » pour l’enfant. La scène de la séparation entre la mère et l’enfant reste inoubliable.

On est vraiment homme ou femme quand on a la capacité de poser des choix libres et réfléchis, des choix que personne d’autre ne peut poser à notre place au moment où nous les faisons. Dans et par ces choix, nos histoires s’humanisent et, pourrions-nous dire, « se divinisent ». N’est-ce pas, en effet, quand nous posons ces gestes libres que nous sommes au plus près de l’appel à vivre à l’image et à la ressemblance de Dieu ? Choisir pour que l’autre puisse vivre ! Poser des choix, n’est-ce pas d’ailleurs le plus important de ce que nous avons à vivre ? N’est-ce pas dans nos choix que nous exprimons le plus profond de ce que nous sommes ? Il est des choix qui nous engagent tout entier ! Voilà pourquoi, sans doute, la Bible souligne que le projet de Dieu fut de créer l’homme capable d’agir « selon son choix…» comme le rappelle Ben Sira dans la première lecture.

Dans l’Evangile de Matthieu, Jésus nous étonne : pourquoi est-il si exigeant ? Il me semble possible d’avancer deux éléments de réponse.

D’abord, Jésus fait confiance dans la capacité de conversion de l’homme : n’est-il pas venu chercher ceux qui étaient perdus ? N’a-t-il pas admiré ceux qui se sont convertis sur sa route : Marie Madeleine, Zachée, l’aveugle Bartimée, les lépreux, les possédés, et même le publicain Matthieu ? N’a-t-il pas été le témoin de la conversion ultime du larron ? Jésus sait que les choix les plus obscurs et même les plus « intrinsèquement mauvais » n’expriment jamais totalement celui qui les pose. Jésus ne réduit pas la femme adultère à son péché : il ne l’accuse même pas ; il l’invite simplement à se relever et à ne plus pécher. Quand le jeune homme riche décide, tout triste de ne pas suivre Jésus, il le fait librement ; Jésus ne le lui reproche pas. Peut-être a-t-il changé d’avis ensuite… Avec Jésus, il est toujours possible de re-venir, de se re-lever, de se convertir, car en lui, c’est le Dieu miséricordieux qui parle et qui agit : pour Jésus, l’espérance de conversion et de retour à la vie de tout ceux qui l’approchent est la seule chose qui importe, quel qu’en soit le moment.

Jésus est libre et il rend libre ceux qu’il rencontre : avec lui, l’horizon de tout homme et du disciple est toujours ouvert. Quand Pierre le trahit, le regard de Jésus le relève (Lc 22,61). La grande nouveauté de l’Évangile consiste à révéler à l’homme qu’il n’est pas d’abord « condamnable » à cause de choix mauvais qui sont à la source de ses péchés, mais que c’est à l’histoire de ses choix libres et bons que Dieu s’intéresse. Ce qui compte c’est la réponse positive et libre que nous faisons à l’appel qui nous est adressé par Jésus de pratiquer le commandement de l’amour, ce seul « commandement » qui rend libre et fait vivre. Jésus nous apprend que nous serons vraiment libres si notre vie est donnée, offerte, si nous vivons pour les autres avant de vivre pour nous-mêmes !

Cet appel de Jésus est lancé à tous ceux qui se trouvent enfermés dans des chemins de mort mais aussi à ceux qui se croient peut-être un peu vite sur la bonne voie parce qu’ils se jugent « irréprochables » en ce qui concerne le respect des commandements de Dieu. Et c’est ici qu’il me semble entrevoir un deuxième élément de réponse à l’attitude exigeante du Christ dans l’Evangile. Jésus affirme en effet qu’il n’est pas venu pour « abolir » mais « accomplir » la Loi et les Prophètes. Notre rapport aux contraintes de la Loi de Dieu (la Torah) s’en trouve alors radicalement renouvelé. Elles ne sont pas supprimées au sens où nous pourrions vivre sans aucune référence à des obligations, fussent-elles divines. Ce n’est pas ce que Jésus veut dire.

Il apparaît beaucoup plus profondément que le Christ nous fait atteindre ici à l’essence de l’Alliance avec Dieu. Nous n’avons pas d’abord à exécuter aveuglément des préceptes pour être fidèles à Dieu. Jésus nous demande de vérifier notre comportement dans les cas limites où la pratique des préceptes est difficile à juger de l’extérieur, avec objectivité. C’est là, dans ces zones limites, que tout se joue dans la fidélité à Dieu, c’est dans ces recoins secrets de notre personne que les choix sont les plus décisifs et en même temps les plus inaccessibles au jugement d’autrui. Jésus déporte le précepte de ne pas tuer son frère vers l’injonction de ne pas se mettre en colère contre le frère : ne pas tuer est plus facile à respecter que de ne pas s’emporter contre quelqu’un. Il déplace aussi le précepte de ne pas commettre l’adultère en nous demandant de faire attention aux désirs d’adultère plus ou moins clairs qui nous habitent.

Jésus envisage ainsi l’accomplissement du précepte dans les espaces où chacun est seul à seul avec lui-même pour décider de sa conduite. C’est dans ces décisions limites que le croyant peut avancer dans un itinéraire de vérité avec lui-même et sous le regard de Dieu, un itinéraire de conversion qui l’humanise parce que l’exercice de sa liberté est sollicité. C’est ainsi que notre justice pourra surpasser celle d’une justice légale pour accéder à celle du cœur, celle de ceux qui aiment Dieu, celle de ceux qui savent renoncer à eux-mêmes pour le bonheur des autres, celle de ceux qui sont habités par l’Esprit du Christ et qui se laissent conduire par lui, celle de toute femme et de tout homme vraiment libres et que le Seigneur proclame « Bienheureux ! ».

Frère François-Dominique CHARLES, o.p.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Parole et vie

Les autres chroniques du mois