Nous deux,

Responsable de la chronique :
Nous deux

En admiration

Imprimer Par Caroline Pinet

Ma fille de six ans apprend à nager. Il faut voir son enthousiasme dans l’eau! Elle sautille sans arrêt le grand sourire accroché aux oreilles, attendant que sa monitrice lui fasse faire ses exercices. Je l’observe par la fenêtre exigüe de la porte qui sépare le couloir de la piscine. Soudain, elle m’aperçoit. Le visage s’illumine davantage si cela est encore possible! Elle me salue vigoureusement de sa petite main. Comme mon regard est précieux pour elle! Il la nourrit. J’observe ce qu’elle peut faire et elle se sent encouragée à davantage se dépasser. Je crois en elle donc elle devient convaincue de sa capacité à réussir. Le regard de l’autre est si important pour grandir!

Même une fois adulte, le regard de l’autre demeure indispensable. Bien sûr, on ne parle pas de quémander sans cesse l’approbation autour de soi à cause d’un manque de confiance. Mais du simple regard, de la parole sans ambages qui reconnaît notre mérite. Combien sommes-nous exhortés à donner le meilleur de nous-mêmes lorsque notre travail est reconnu! À contrario, nous sommes si démotivés lorsque les autres ne mesurent pas tout le boulot que l’on abat, et pire encore quand nous sommes critiqués.

Nous trouvons souvent la motivation d’encourager nos enfants. Nous faisons preuve de beaucoup d’indulgence. Mais qu’en est-il de notre époux(se)? Une amie me faisait remarquer combien nous sommes durs envers notre moitié : « Nous remarquons immanquablement ce que l’autre n’a pas fait ou alors mal fait, mais oublions tout ce qu’il a accompli par ailleurs. » C’est là que j’ai pris conscience que dans la semaine j’ai fait remarquer à mon mari que lorsqu’il avait fait la lessive il avait dispersé toutes les chaussettes. Mais j’ai oublié d’apprécier que tous nos vêtements avaient été lavés!

Le cinéaste Xavier Dolan disait récemment en ondes qu’il choisissait les personnes qui étaient appelés à travailler avec lui, non pas sur l’amitié qu’il leur porte, mais sur l’admiration qu’il a pour elles. Il a besoin d’admirer, de croire finalement, au talent des gens de son entourage cinématographique. Pour mener une vie longue conjugale, il semble essentiel d’admirer notre tendre moitié. Croire dans les merveilleux talents que Dieu a mis en lui. Et, avec notre regard plein de Foi, l’aider à les faire fructifier. Que lorsqu’il croise notre regard, il se sente reconnu et aimé pour ce qu’il est. De même devrions-nous nous sentir en croisant le sien. Quand l’amour pour l’autre nous semble pâlir, demandons-nous qu’en est-il de l’admiration que l’autre suscite en nous.

En apprenant à toujours regarder ce que l’autre accomplit de bien, et les qualités qui nous ont séduites à la base, il y a de fortes chances que notre sentiment amoureux reste vivant. Quoi de plus doux qu’un fou-rire entre époux où dans les yeux de l’autre on se sent reconnu et aimé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous deux

Les autres chroniques du mois