Billet hebdomadaire,

Responsable de la chronique :
Billet hebdomadaire

Le sang des martyrs coule encore

Imprimer Par Denis Gagnon

Un organisme d’origine hollandaise publie, chaque année, un «Index des persécutions» que subissent les chrétiens dans le monde. « Notre souhait, dit Michel Varton, directeur de «Portes ouvertes» France, c’est que l’Index de persécution montre aux églises, aux communautés chrétiennes et aux chrétiens du monde libre non seulement la réalité de l’Église persécutée mais son évolution d’année en année, afin qu’ils aient à cœur de s’engager auprès d’elle.»

Alors que l’athéisme et la sécularisation font d’énormes progrès, on pourrait s’attendre que la foi chrétienne soit en train de disparaître. Des signes de perte de vitesse sont manifestes dans l’hémisphère nord. Mais, sur l’ensemble du monde, la foi prend de la vigueur. Du même coup, elle pénètre dans des pays où le christianisme n’est pas bienvenu. D’où les persécutions de plus en plus nombreuses.

«L’Index de persécution » reconnaît quatre tendances dans l’évolution de la persécution à travers le monde. 1) L’islam radical est le premier persécuteur des églises. Huit des dix premiers pays où sévit la persécution sont des pays musulmans. La population de trente-cinq pays sur cinquante est majoritairement composée de disciples de Mahomet. 2) «Bien qu’en perte de vitesse, l’idéologie communiste persécute toujours les chrétiens.» C’est le cas en Corée du Nord, au Laos, en Chine, au Vietnam. 3) Après avoir connu une période sombre d’assassinats et de tortures, l’Église de l’Amérique latine (notamment au Pérou, en Colombie, à Cuba) voit sa situation s’améliorer. 4) Malgré la persécution, le christianisme ne cesse de se développer. «Aussi extraordinaire que cela puisse paraître et malgré les persécutions dont ils font l’objet quand ils se convertissent, des citoyens décident de se tourner vers Jésus Christ.»

Ce phénomène n’est pas propre à notre temps. Tout au long de l’histoire du christianisme, le sang des martyrs est une semence d’Évangile partout sur la planète. La fécondité des églises est liée à ces témoins courageux qui donnent leur vie pour le Christ. Depuis le diacre Étienne et le précurseur Jean-Baptiste jusqu’à ceux qui croupissent en prison et sont torturés pour leur foi, des hommes et des femmes communient à la mort du Christ jusqu’à verser leur sang comme lui et avec lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Billet hebdomadaire

Les autres chroniques du mois