Cinéma d'aujourd'hui,

Responsable de la chronique : Gilles Leblanc
Cinéma d'aujourd'hui

Justice et bonté : LA DONATION et CAPITALISME, UNE HISTOIRE D’AMOUR

Imprimer Par Gilles Leblanc

Les fêtes de La Nativité nous invitent à faire preuve de plus d’humanité dans nos vies. Deux productions récentes vont dans ce sens. Dans CAPITALISME : UNE HISTOIRE D’AMOUR, le fougueux réalisateur Michael Moore dénonce les actions défavorables aux moins nantis menées au cours la crise économique actuelle Pour sa part, le Québécois Bernard Émond illustre l’importance du service de l’autre dans le film LA DONATION, à travers la pratique médicale d’une médecin remplaçante en Abitibi.

LA DONATION

Bernard Émond est parvenu au troisième et dernier volet de sa trilogie consacrée aux vertus théologales: la foi (LA NEUVAINE), l’espérance (CONTRE TOUTE ESPÉRANCE) et, cette fois, la charité (LA DONATION). Toujours le même ton austère, la même approche minimaliste, mais du nouveau avec le retour du personnage de l’urgentologue de LA NEUVAINE, qui cherche un sens à la vie.

La-Donation_3-580x386

L’action se situe à Normétal, un petit village minier de l’Abitibi. La médecin montréalaise Jeanne Dion (brillante Élise Guilbault) accepte de remplacer pour un mois, ou plus éventuellement, le vieux docteur Rainville (Jacques Godin, émouvant) qui souhaite prendre un temps de répit. Non seulement il s’agit d’un déracinement pour elle, mais surtout d’un tout nouveau type de pratique médicale: visites à domicile, travail tant à l’urgence qu’aux soins palliatifs,… Elle vit à proximité de ses patients, partage avec eux l’expérience de la souffrance et de la maladie.

Un film sur la bonté qui s’inscrit à contre-courant de l’air du temps, comme le rappelle souvent Bernard Émond. Le sens du devoir et de la responsabilité est assumé par les deux médecins, par le boulanger (surprenant Éric Hoziel), par la religieuse, etc., et refusé par le mari qui abandonne femme et enfants, par le riche industriel, par les vendeurs de drogue, etc.

Côté cinématographique, il faut souligner l’utilisation judicieuse des gros plans et du cadrage serré. De plus, la sensation d’isolement et de dépouillement est accentuée par les images des arides paysages de l’Abitibi et la musique discrète de Robert M. Lepage.

Plus accessible et achevé que ses deux premiers films, LA DONATION devrait ravir les personnes déjà acquises au style bressonnien d’Émond et, de plus, plaire aux gens désireux de vivre un moment de cinéma différent de celui qui leur est habituellement offert. Avec cette production, gageons que le cinéaste «non-croyant» n’a pas terminé sa recherche éthique… Attendons, pour voir.

CAPITALISME : UNE HISTOIRE D’AMOUR

Défenseur des sans-voix et pourfendeur des abuseurs de pouvoir, Michael Moore signe avec CAPITALISME: UNE HISTOIRE D’AMOUR un pamphlet-choc d’une redoutable efficacité, dans la veine de SICKO et BOWLING FOR COLUMBINE. Sa méthode a fait recette et elle est devenue invariable, tout comme le personnage de monsieur-tout-le-monde que le cinéaste campe à l’écran.

capitalisme_histoire_vf_WTetBa_Poster

Dans cette production, le réalisateur documente à travers les États-Unis les impacts de la crise économique sur les citoyens de la classe moyenne et ouvrière, questionnant chemin faisant la précarité du modèle socio-économique sur lequel sont fondées les démocraties occidentales.

À travers les témoignages d’agriculteurs du Midwest dont les fermes ont été saisies par la banque, des ouvriers d’usine congédiés sans préavis ni compensation par des multinationales relocalisées, des employés sous-payés œuvrant dans différentes sphères d’activité (dont l’aviation civile), Moore monte une preuve accablante conter un régime conçu par les nantis, pour les nantis, et dont les deux pôles seraient selon lui constitués de Wall Street et de Washington.

La vitesse fulgurante à laquelle Moore a réagi à la crise économique ne manque pas d’épater. D’autant que son film est très riche en informations pertinentes et en idées fortes, qui font impact en dépit de la relative démagogie avec laquelle ils sont mis en scène et assemblés.

Ainsi, le film prend la forme d’un collage désinvolte, dans lequel le réalisateur mêle des situations scandaleuses, cueillies sur le vif et portées par des témoignages émus, et un commentaire à la première personne empreint de colère et d’empathie, qui enjoint ses concitoyens à résister à l’assaut des banques et encourage les travailleurs floués ou exploités à se révolter contre leurs employeurs. Comment le lui reprocher?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cinéma d'aujourd'hui

Les autres chroniques du mois