Nous deux,

Responsable de la chronique :
Nous deux

Je te pardonne

Imprimer Par Caroline Pinet

Ma petite a tapé sa sœur. Aussitôt une plus grande s’approche d’elle et lui explique que ce n’est pas bien, et l’enjoint de demander pardon. Ma fille est tellement en colère qu’elle refuse. L’offensée elle, attend du coin de l’œil. En insistant, la coupable finit par hurler pardon à la tête de l’autre. Le plus drôle de l’histoire, c’est que celle qui a été tapée n’en demande pas plus. Que le pardon soit hurlé ou demandé avec sincérité, ça lui est égal. Elle estime qu’elle a obtenu réparation. Quand on est petit c’est de demander pardon qui coûte le plus.

En vieillissant, cette même demande, est certes plus coûteuse car il faut piler sur son orgueil et reconnaître ses torts. Le pardon, par contre, ne peut être balancé avec colère à l’offensé. On doit y mettre les formes. Et dans un couple, on finit par se connaître si bien que la façon de présenter sa demande de pardon compte beaucoup. Pour celui qui a offensé, il devient impératif d’entreprendre une démarche de vérité intérieure, où il reconnaîtra en quoi il a fait du mal à son époux (se).

Quand on se présente à l’autre pour implorer son pardon c’est un acte courageux en soi. Mais tout ne s’arrête pas là. L’offensé a aussi une grande part à donner.

Il ne s’agit pas de balbutier rapidement : « Bon, d’accord, ça va! » Il s’agit aussi d’entrer dans un esprit de pardon qui implique de pardonner réellement à l’autre. C’est pourquoi il est important de prononcer ces mots : « Je te pardonne ».

Il n’est pas facile de pardonner sincèrement car nous avons souffert de l’autre. Pardonner, c’est renoncer à la colère « légitime » que l’autre a provoqué en nous. C’est aussi quitter le statut de victime qui nous donnait certains avantages face à l’offenseur.

Quand on n’arrive pas à pardonner, on peut dans la foi, prononcer ces mots de pardon à l’autre en demandant à Dieu de nous aider à continuer ce processus dans notre âme. Car, le couple ne peut continuer sans pardon. Pardonner, ne signifie en rien oublier. Notre mémoire sait, se souvient, car il ne s’agit en rien d’excuser des comportements qui ne sont pas acceptables. Pardonner, c’est plutôt dire à l’autre qu’on le croit plus grand que la faute qu’il a commise et que l’on a confiance en lui, en son désir de ne plus recommencer.

Pour continuer de faire grandir notre amour au sein du couple il faut développer le réflexe de demander pardon et aussi de pardonner en prononçant ces paroles si coûteuses, mais combien constructives : « je te pardonne ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous deux

Les autres chroniques du mois