Nous deux,

Responsable de la chronique :
Nous deux

Je t’appartiens

Imprimer Par Caroline Pinet

Ma fille de 15 ans écoute beaucoup le tube I’m yours qui a un franc succès auprès des jeunes. C’est une chanson plutôt jolie et qui se laisse entendre. Ce qui est plutôt heureux pour les parents d’ado qui doivent partager l’espace musical malgré l’ère des I-Pod! En regardant le clip avec elle, je ne peux m’empêcher de sourire en constatant que l’interprète s’aime bien ! Il est naturel que cet aspect échappe totalement à ma fille qui rêve d’amour. Mais comme il faut mûrir pour être capable de dire « je t’appartiens ». Trop souvent l’immaturité conduit le couple à être deux amoureux de la même personne.

Des paroles aussi fortes nous paraissent presque dangereuses à prononcer à l’autre, car elles sous entendent une confiance absolue en l’être aimé. Etre prêt à appartenir à l’autre, c’est savoir que l’autre n’abusera pas de nous, ne fera pas de nous son objet. Cet autre nous aidera plutôt à progresser vers le plein épanouissement. Dans un couple, si je t’appartiens, toi aussi tu m’appartiens. J’ai aussi à te respecter et à prendre soin de toi.

Parfois, quand nous envisageons l’amour, nous le faisons tels des naufragés en quête du navire qui pourra nous sauver. Pourtant, la vie à deux nécessite le partage de deux vies solides qui vont, ensemble, construire un foyer. Evidemment, dans la réalité nous allons former un couple en embarquant à bord, nos blessures, nos immaturités, nos manques de confiance en nous-mêmes, et à partir de là, nous bâtirons un avenir commun.

Lorsque le temps commence à révéler que tout n’est parfait dans notre mariage, le réflexe est tout de suite de vouloir que l’autre change. Un peu comme cette femme qui a pris du poids et annonce à son mari : « Nous allons nous mettre au régime ! ». Gardons-nous de vouloir changer l’autre. Appliquons-nous à travailler sur nos propres poutres dans l’œil. Arrachons-les. Travaillons à être meilleur afin que la vie matrimoniale roule mieux. Et si des aspects de l’autre nous insupportent, prions Dieu de s’en charger ! Nul ne peux transformer son époux(se) sans que ce dernier(ère) ne le désire !

Le mariage est un engagement sérieux. On ne peut dire à la légère « je t’appartiens ». Et on ne peut se marier sans le dire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous deux

Les autres chroniques du mois