Nous deux,

Responsable de la chronique :
Nous deux

Amours kleenex

Imprimer Par Caroline Pinet

Sur un forum, petra05 raconte avec désespoir qu’elle est séparée depuis un an, et qu’avec quatre enfants, elle s’inquiète de ne pouvoir rencontrer un homme qui puisse s’intéresser à elle. De plus, elle ne sait pas où elle peut entrer en contact avec un éventuel prétendant car elle a toujours ses enfants avec elle. Quand on pousse plus loin la lecture, on constate que tout n’est pas réglé dans son ex-relation et qu’elle a des difficultés assez lourdes dans l’éducation de ses enfants. Mais elle a horreur de la solitude et  conclut qu’elle a besoin d’un homme dans sa vie. Là-dessus, kty2 répond: « Je suis séparée également, depuis peu, et j’ai (déjà) rencontré quelqu’un. C’est possible. »  kty2 a cinq enfants de trois pères différents et vient de rompre avec son quatrième conjoint… loulou.com poursuit aussi la discussion en affirmant qu’il n’est pas bon de rester seule, qu’elle n’est pas seulement une mère, mais aussi une femme. Elle a quitté son premier mari pour un homme rencontré dans un jeu sur internet. Sa bannière attachée à sa signature est la suivante: dans la vie on n’a qu’un seul grand amour et tous ceux qui précèdent sont des amours de rodage et tous ceux qui suivent sont des amours de rattrapage.

C’est souvent sur les forums virtuels que l’on peut mesurer la détresse des gens face à leur vie conjugale. On constate aussi, non sans frayeur, les conseils déstabilisants qu’ils peuvent y trouver. On pense alors à Jésus, dans Marc 6,30-34: Jésus vit une grande foule. Il fut saisi de pitié envers eux, parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger. Cette parole prend un sens tout nouveau et une dimension étonnamment actuelle  face à l’avalanche de conseils creux que les gens cherchent sur internet. Les gens cherchent mais ne trouve pas le berger… Comment apporter un éclairage chrétien dans un monde où la lumière ne serait qu’un faible reflet apportant des illusions du véritable amour comme dans l’allégorie de la caverne de Platon?

Il faut oser donner notre avis même s’il ne va pas dans le sens du courant. Oser dire à petra05, qu’une relation  d’amour ne se bâtit pas sur un besoin mais sur un partage. L’amour n’est pas un bien consommable, l’autre n’est pas un objet qui vient combler un vide, voire une peur de la solitude.

Chacun voit midi à sa porte dit le proverbe. On cherche l’âme sœur et cette personne se doit de répondre à ce que l’on attend. Si elle nous déçoit, on la jette comme un kleenex avant de passer à un autre mouchoir… Et si l’amour ce n’était pas ça? Et si c’était la rencontre de deux personnes qui se sont construites afin d’être un « monde » pour l’autre? L’amour est toujours d’abord une capacité à donner. Quand on ressent le désir de donner la vie à un enfant, la première question ne doit pas être si on a besoin d’un enfant, mais si on peut se donner à lui. Cela devrait aussi être notre préoccupation quand on veut faire  notre vie à deux.

L’amour n’est pas qu’une question de sentiment et de ce que l’on ressent, bien qu’on ne puisse pas bâtir sans au départ. L’amour est une aventure fabuleuse où nous  aurons à construire ensemble. Il est primordiale, au-delà de l’attirance physique que nous éprouvons mutuellement, de vérifier si nos valeurs concordent, si nos projets s’accordent. Ensuite, les préparations au mariage seront très utiles afin de bien s’outiller pour l’engagement que nous désirons prendre.

Tout au long du mariage, il y aura des moments fantastiques et d’autres difficiles. Dans le dialogue et la prière, beaucoup de choses peuvent s’ajuster, se régler. Pour maintenir notre vie matrimoniale en forme, il y a aussi des sessions de couple, telles session Cana couple, Elle et lui (groupe Alpha) et des retraites paroissiales sur le sujet en différents endroits. Le grand amour a besoin de rodage et de rattrapage! Le pardon et l’ajustement permettent de se « rattraper ». L’autre est beaucoup plus qu’un mouchoir en papier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous deux

Les autres chroniques du mois