Trésors des religions,

Responsable de la chronique :
Trésors des religions

« Sans commencement, Tu te maintiens par ta toute puissance »

Imprimer Par Prière de l’Hindouïsme

Le Veda prie un dieu Rudra, figure terrible, qui se tient à la marge de la société divine, connu aussi sous le nom de Pashupati, le «Maître des animaux sauvages», roi de la nature vierge et indomptée. Pour le rendre propice, les hymnes l’appellent shiva, «le gracieux» ou shamkara, «le compatissant». Ces adjectifs vont devenir noms propres et, au moment où naissent les courants dévotionnels, Rudra devenu Shiva accède, avec Vishnu, au rang de grand dieu.

La Shvetâshvatara Upanishad est, en quelque sorte, le texte fondateur de la bhakti shivaïte; elle occupe une place analogue à celle de la Bhagavad Gîtà pour le vishnouisme, bien qu’elle soit moins célèbre. Shiva y apparaît en créateur du monde (v. 1), omni présent et omnipénétrant, sur le plan humain comme sur le plan cosmique. Providence qui soutient chaque existence (v. 11 ou 15), il se cache au plus intime des êtres. Mais le cœur de l’homme n’est pas occupé par un absolu neutre comme le brahman, plutôt par une divinité qui se manifeste comme Volonté supérieure et Amour universel. Célébrer Shiva, c’est célébrer tous les aspects de la réalité, car il est à la fois le transcendant et l’immanent. Le texte revêt une forme solennelle, déclarative, conformément à la tradition védique.

1. Cet Être unique, sans forme, qui, maîtrisant ses pouvoirs, pour un but donné et de bien des manières ordonne les multiples formes, celui en qui, à la fin et au commencement, l’univers se résout, puisse ce dieu nous conférer une intelligence bénéfique.
2. Il est le feu, il est le soleil, il est le vent, il est la lune, il est Vishnu, il est le Brahman, il est les eaux, il est Prajapati.
3. Tu es la femme et tu es l’homme, tu es l’éphèbe et tu es la vierge; vieillard, c’est toi qui trébuches sur ton bâton; tu viens à l’existence, le visage tourné en tous sens.
4. Tu es l’oiseau bleu sombre et jaune aux yeux flamboyants; tu es la matrice de l’éclair, tu es les saisons, les océans. Sans commencement, tu te maintiens par ta toute-puissance, toi de qui tous les êtres sont nés. […]
10. Il faut savoir que la Nature originelle est magie, que le grand seigneur Siva est le magicien et que ce monde des vivants tout entier est peuplé d’êtres qui sont parcelles.
11. Celui qui régit chaque matrice, en qui tout s’assemble et se disperse, lorsqu’on l’a reconnu, ce maître, dieu bienfaiteur et digne de louanges, on obtient cette paix qui ne connaît pas de fin.
12. Cause et origine des dieux, souverain de l’univers entier, Rudra le grand voyant qui a vu l’embryon d’or à sa naissance, puisse-t-il nous conférer une intelligence bénéfique.
13. Souverain des dieux, sur qui les mondes prennent appui, qui régit les bipèdes et quadrupèdes, quel est ce dieu à qui nous présentons les oblations?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Trésors des religions

Les autres chroniques du mois