Billet hebdomadaire,

Responsable de la chronique : Denis Gagnon, o.p.
Billet hebdomadaire

L’« anatomie » des psaumes

Imprimer Par Denis Gagnon

On dit que traduire, c’est trahir. On n’arrive jamais à trouver l’équivalent d’une langue à l’autre. C’est particulièrement vrai lorsqu’on passe de l’hébreu, la langue des psaumes, au français. Voici néanmoins quelques mots du vocabulaire touchant les parties de la tête.

La tête, la face, le visage, le front
Ce qui est en haut, ce qui est premier, la partie noble de la personne : « Tu mets sur sa tête une couronne d’or. » (Psaume 20, 4). Le visage traduit les sentiments.

La langue, la bouche, les lèvres
Avant tout, l’organe pour parler, pour communiquer avec les autres, pour attaquer et combattre, pour révéler le secret du cœur, pour chanter la louange et publier les merveilles : « Seigneur, ouvre mes lèvres et ma bouche annoncera ta louange. » (Psaume 50, 17)

La langue, le palais
Pour goûter, apprécier, désirer ce qui est bon : « Qu’elle est douce à mon palais ta promesse. » (Psaume 118, 103).

Les yeux
Pour voir (évidemment!), pour pénétrer les secrets, pour connaître, pour remarquer les merveilles de Dieu, pour contempler son visage, pour s’attacher à quelqu’un : « Mes yeux se sont usés à attendre mon Dieu. » (Psaume 68, 4)

Les oreilles
L’organe pour écouter, pour prêter attention, pour accueillir, pour recevoir la parole, la révélation : « La foi naît de l’audition. » (Romains 10, 17)

Le nez
Lorsqu’il est en l’air, il exprime la suffisance, l’arrogance : « L’impie, arrogant (ou « le nez en l’air »), ne cherche point : « ‘Pas de Dieu!’ voilà toute sa pensée » (Psaume 9, 4).

Les joues
Très souvent – les pauvres ! – elles subissent les attaques et se font frapper. Elles signifient alors la défaite : « Tu frappes à la joue tous mes ennemis. » (Psaume 3, 8)

Les dents, la mâchoire
Elles grincent pour exprimer la colère : « L’impie complote contre le juste et grince des dents contre lui » (Psaume 36, 12). Comme les joues, détruire les dents, c’est vaincre l’adversaire.

Les cheveux, la barbe
Leur blancheur exprime le grand âge et la sagesse. « Et jusque dans ma vieillesse et mes cheveux blancs, ô Dieu, ne m’abandonne pas. » (Psaume 70, 18)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Billet hebdomadaire

Les autres chroniques du mois