Nous deux,

Responsable de la chronique :
Nous deux

Pour le meilleur et…

Imprimer Par Caroline Pinet

On ne veut pas du pire. Dans la tradition chrétienne, on demande aux époux de s’engager pour l’avenir en toutes circonstances. Pourtant, à voir les chiffres concernant le nombre de divorces on se rend vite compte qu’il est difficile de demeurer marié aux jours difficiles. Et les histoires d’amour nous bercent d’images de bonheur sans faille, bien loin de la réalité conjugale.

Au cours de sa vie, l’être humain traversera des épreuves inévitables. Comment imaginer qu’en unissant notre destinée à un autre, nous ne rencontrerions aucune difficulté? Chômage, maladie, deuil, accident, changement d’emploi ou de niveau de vie. La vie est imprévisible et peut nous mettre à mal au cours de certaines périodes. Tous ces imprévus mettent une tension dans la vie à deux. Et dans la tension, nous réagissons rarement de la meilleure façon. Notre façon de vivre devient parfois incompréhensible pour l’autre qui ne reconnaît pas la personne qu’il a épousée.

Nous entendons fréquemment des personnes mettre fin à leur union parce que l’autre n’est plus comme avant. Pourtant, comme il serait regrettable de vouloir que l’être aimé ne change pas. Il serait même inquiétant de constater qu’aucune épreuve ne vienne transformer celui qu’on aime. La vie nous frotte, nous équarrit, nous bouscule. Elle nous passe dans son tamis de plus en plus fin. Nous cheminons à travers cette odyssée. Forcément nous changeons, et si nous avons de la chance, nous évoluons.

La croix, la souffrance, les épreuves, la mort sont considérées un scandale aujourd’hui. On le voit bien à travers le débat sur l’euthanasie. Dans notre monde, il vaut mieux choisir de mourir plutôt que de vivre la souffrance qui nous semble être une atteinte à notre dignité. Quitte à mourir de toutes façons, autant zapper la souffrance perçue comme inutile et provoquer directement la mort. C’est très moderne comme conception de la vie.

Pourtant, depuis la nuit des temps, les récits qui hantent notre mémoire collective sont ceux qui parlent d’un périple que le héros doit traverser avant d’atteindre le bonheur. Il est convenu que la richesse intérieure de ce dernier se calcule au gré des épreuves qu’il surmonte et font de lui un être plus grand, car capable de surmonter les difficultés. Comment confier le royaume à un jeune ingénu qui ne sait rien de la vie?

Les personnes âgées ont souvent traversé des vies bien difficiles. Les sages ont réussis à se construire au contact de ce que la vie leur réservait. Ils se sont enrichis en acceptant de surmonter les défis.

Force est de constater que les épreuves peuvent aussi parfois briser des individus. Ou les rendre à tout le moins aigris. Il ne s’agit alors pas seulement d’affronter les épreuves, il faut aussi savoir comment les traverser. Comme ces contes de fée où l’on doit traverser une forêt hantée par un dragon. Le héros, lui, a la plume magique qui lui permettra de survoler la forêt.

Quand les membres du couple doivent traverser une période de turbulence, ils auront à s’épauler. Leurs meilleurs atouts seront la prière, la communication, la patience. Leur quête : la joie. C’est grâce à celle-ci que le couple durera. En fait, il ne s’agit pas de durer pour durer. Il s’agit de s’aider à évoluer ensemble dans notre humanité. Un mariage réussi est celui où chacun des partenaires a changé, irrémédiablement changé en devenant meilleur. Et pour cela, il nous faut accepter le meilleur et le pire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous deux

Les autres chroniques du mois