Billet hebdomadaire,

Responsable de la chronique :
Billet hebdomadaire

Pause

Imprimer Par Denis Gagnon

Pause. Le dictionnaire en donne trois définitions. La première consiste à interrompre momentanément une activité ou un travail. La deuxième concerne les discours où, de temps à autre, il faut s’arrêter de parler, souvent pour laisser à l’auditoire le temps de digérer le propos. Enfin, il y a la pause musicale, ce silence qui correspond à la durée d’une note de musique.

Ces trois définitions arrivent à bon port quand l’été accoste sur les rives de notre année. Le temps est venu de faire une pause dans le travail. Nous ne pouvons pas carburer, la pédale au plancher, toute l’année sans prendre le temps de stationner au moins pour faire le plein sinon pour admirer le paysage. Respirer l’odeur du foin coupé, admirer la métamorphose du ciel au coucher du soleil, s’apercevoir que d’autres existent autour de nous, d’autres que nous n’avons pas remarqués depuis trop longtemps…

C’est bon aussi en cette saison de faire la pause dans les discours. Nous parlementons autant qu’un poulailler de poules heureuses et ce, du matin jusqu’au soir. Quand nous manquons de vocabulaire ou d’idée, la radio nous en fournit, la télé comble l’abîme qui se creuse quand nous ne savons plus quel sujet aborder. Un peu de silence, ne serait-ce que pour nous rendre compte qu’il y a des sons mélodieux que nous n’entendons plus parce que nous les noyons sous le déluge de nos palabres. Je pense au chant des oiseaux, aux sonates des arbres quand le vent joue de la harpe dans leurs branches. Et le petit dernier à qui on ne fait pas assez attention parce que papa est fatigué ou que maman a eu une grosse journée.

Nous avons droit enfin à la pause musicale. Il y en a plus que nous pouvons en remarquer dans la belle musique. Et elle est tout aussi importante que la note blanche ou que les triolets de croches. La musique est belle quand s’harmonisent les sons et les silences. Une cure de silence! La grève des oreilles! Et le silence des yeux! Rentrer en soi: faire le désert au plus intime de nous-mêmes et peut-être y découvrir un oasis.

Si vous hésitez à faire la pause au cours de l’été, si la drogue du travail ou de l’activisme vous contrôle, prenez l’exemple d’un grand maître en matière de pause. Voyez par vous-même…

La chose se passe en Samarie, à Sychar plus précisément. Jésus passait par là. «Fatigué du chemin, Jésus était assis tout simplement au bord du puits. C’était environ la sixième heure.» (Jean 4, 6) Allez lire la suite dans votre bible, la pause en vaut la peine!

Un jour, Jésus transforma un grand rassemblement en pique-nique. Il dit aux disciples: «Faites-les asseoir.» Et l’évangile de poursuivre: «Comme il y avait beaucoup d’herbe en cet endroit, ils purent s’asseoir; ils étaient au nombre d’environ cinq mille. Alors Jésus prit les pains, il rendit grâce et les distribua aux convives.» (Jean 6, 10-11)

La foule était nombreuse et le publicain était bas sur pattes au point qu’il n’y voyait rien que des bas de dos! Il monta dans un arbre. Jésus aperçut le presque gamin: «Zachée, descends vite: il me faut aujourd’hui demeurer dans ta maison.» (Luc 19, 5)

Si ces trois témoignages ne vous ont pas convaincus de faire la pause, en voici un dernier dont le message est plus que clair: «Les apôtres se réunissent auprès de Jésus et ils lui rapportèrent tout ce qu’ils avaient fait et tout ce qu’ils avaient enseigné. Il leur dit: “Vous autres, venez à l’écart dans un lieu désert et reposez-vous un peu.” Car il y avait beaucoup de monde qui venait et repartait, et eux n’avaient même pas le temps de manger. Ils partirent en barque vers un lieu désert, à l’écart.» (Marc 6, 30-32)

Il faut parfois fuir au désert. Et ce n’est pas nécessairement de la misanthropie ou un manque de générosité. Fuir, c’est parfois pour mieux retrouver.

Là-dessus, je fais la pause! Je disparais, le temps de refaire le plein à mon tour. Vous venez de lire le dernier billet de la saison. J’espère vous revenir à la fin de l’été. Bonnes vacances!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Billet hebdomadaire

Les autres chroniques du mois