Parole et vie,

Responsable de la chronique : Dominique Charles, o.p.
Parole et vie

Sainte trinité. Année A.

Imprimer Par Daniel Cadrin

Je vous ai tant aimés

Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique : ainsi tout homme qui croit en lui ne périra pas, mais il obtiendra la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé. Celui qui croit en lui échappe au Jugement, celui qui ne veut pas croire est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.

Commentaire :

En cette fête de la Trinité, nous sommes invités à contempler le visage de notre Dieu, à redécouvrir son vrai visage, plus grand que notre cœur. Nous pouvons le contempler avec confiance et ouverture car il ne suscite ni crainte, ni fuite. Nous n’y voyons pas les traits d’une indifférence distante ou d’une énergie impersonnelle, d’un contrôle tatillon ou d’une force écrasante. Pourtant nos images de Dieu sont parfois ainsi faites, projetées sur nos écrans intérieurs ou circulant dans les clichés de notre culture. Ces images sont des idoles, qui nous ôtent la vie plutôt que de nous la donner, qui nous bloquent la vue plutôt que de nous ouvrir l’horizon.

Dieu a tant aimé le monde, dit l’évangile selon Jean. Un amour total, qui est source même de notre vie, un amour sans limites qui est créateur. C’est parce qu’il est un Dieu aimant que Dieu est créateur, qu’il donne la vie à tout être. Dieu aime comme une émeraude est verte, disait Simone Weil.

On s’imagine parfois que cette révélation commence avec Jésus. Elle atteint en lui un sommet, car elle prend corps en un visage humain, celui de Jésus le Serviteur qui donne sa vie et qui nous appelle amis. Mais Jésus s’inscrit dans une longue tradition, qu’il accomplit. Le Dieu de l’Exode, celui des prophètes, le Dieu d’Abraham et d’Isaïe, est aussi un Dieu qui aime et pardonne. Jésus le montre avec clarté, jusqu’au bout, dans son existence pascale qui porte la signature de ce Dieu.

Que vient faire la Trinité dans tout cela? Si Dieu est amour, c’est parce qu’il est lui-même relation entre l’amour du Père, la grâce du Fils et la communion de l’Esprit, comme le dit Paul. Dieu n’est pas un bloc isolé et figé; il est mouvement d’amour déjà en lui-même et rayonnant dans toute la création et dans l’être humain, créé à son image.

On pourrait croire que tout cela, ce sont de belles idées sans conséquences, un grand mystère à laisser aux experts ou aux mystiques. Mais croire au visage unique de ce Dieu trine peut avoir un impact dans notre vie, en regard de la communauté chrétienne et de la société.

Si Dieu est communion d’amour, si cela est la vérité ultime à son sujet, cela dit aussi notre vocation car nous sommes ainsi appelés à rayonner cet amour mutuel, source de notre vie, dans nos relations les uns avec les autres. L’amitié fraternelle n’est pas un élément périphérique ou seulement utile pour rendre la vie intéressante. C’est la meilleure façon de vivre selon la volonté de ce Dieu étonnant, réjouissant, de témoigner de son visage.

Le mystère de la communion trinitaire a aussi une portée pour notre vie en société. Elle donne des fondements radicaux à un engagement pour la paix, pour la justice, pour une solidarité relationnelle et structurelle, dans un monde traversé par la violence et la peur, les divisions et les égoïsmes collectifs.

Contempler le Dieu un et trine, aimant et miséricordieux, en allant sur la montagne ou au désert, nous renvoie ensuite sur nos routes, en nos maisons et sur nos places, pour vivre l’amitié confiante et la solidarité joyeuse, au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Parole et vie

Les autres chroniques du mois