Méditation chrétienne,

Responsable de la chronique :
Méditation chrétienne

Pentecôte

Imprimer Par Adrienne von Speyr

Née à la Chaux-de-Fonds (Suisse), Adrienne von Speyr était fille d’un médecin protestant. Médecin elle-même, mariée, mère de famille, elle se convertit au catholicisme, en 1940, suite à sa rencontre avec le père Hans Urs von Balthasar. Avec la collaboration de ce dernier –pendant vingt-sept ans– elle fonda un institut séculier et publia une œuvre théologique considérable (environ soixante volumes) d’une grande richesse spirituelle et biblique. Elle décéda à Bâle en 1967.

Avec les autres femmes, les apôtres et les disciples, Marie est présente à l’assemblée de l’Église naissante, après que le Fils est monté au ciel. Elle l’a restitué au Père, définitivement en quelque sorte, confirmant ainsi ce qu’elle a fait toute sa vie. Et elle sait que le Fils, par ce retour auprès du Père, se communiquera d’autant plus au monde entier. Il a promis l’Esprit Saint à la jeune communauté qui devait le recevoir à Jérusalem peu de jours après. C’est ainsi qu’ils sont réunis, comme toujours dans la prière, et forment ensemble la communauté des chargés de mission. Ils ne sont pas toute la chrétienté ; beaucoup ne sont pas parmi eux. Mais eux ont été recrutés par le Seigneur, du temps où il vivait, et choisis pour le service ; ils savent à présent qu’ils ont à continuer ce service et ils attendent en priant la suite des ordres de Dieu. Pour le moment, ils sont encore comme liés. Chacun d’eux s’en tient à ce que le Seigneur lui a montré et donné quand il séjournait parmi eux. Le christianisme de chacun est tout entier déterminé par des paroles et des actions terrestres du Seigneur, par un lien humain, quoique plein de grâce, entre lui et le Seigneur.

Et maintenant, à la Pentecôte, l’Esprit Saint descend sur eux. L’Esprit, qui auparavant leur parlait par la bouche du Seigneur, leur est à présent dévolu comme l’Esprit du Seigneur, leur parlant du Seigneur et le révélant. Grâce à cela, les liens purement humains, la compréhension toute littérale de ses paroles, sont transposés dans une liberté spirituelle et une intelligence spirituelle tout intérieure. Nul n’a besoin désormais de se rappeler ce qu’il a vécu personnellement avec le Seigneur pour posséder la mesure, la règle de la vérité qu’il doit annoncer sur l’ordre du Seigneur. Par l’Esprit Saint chacun reçoit une image totale du Seigneur et l’intel­ligence de la plénitude de Dieu. Cela les rend libres et majeurs dans leur commerce avec la vérité de l’Evangile. Ils n’en sont plus à répéter timidement, exactement les paroles reçues. Ils peuvent formuler eux-mêmes le message, sans avoir à craindre de s’écarter de leur mission. Ils peuvent interpréter la parole sans s’éloigner de sa substance. Ils peuvent aussi, dans leurs fonctions sacerdotales que le Seigneur leur a acquises par sa Passion, agir avec autorité et autonomie en vertu de l’Esprit qui les dirige. Mais cette extension de toutes leurs compétences personnelles, cette émancipation de chaque chrétien va de pair avec un lien qui le rattache bien plus profondément à la communauté de l’Eglise catholique, cette Église personnifiée en son centre par la Mère du Seigneur.

Car Marie est expressément présente à cette fête de la fondation de l’Eglise. Elle y est en tant que Mère, comme celle qui dès le début a tout appris et tout su du Seigneur. C’est à elle qu’on est redevable du Seigneur, elle l’a conçu, porté, mis au monde, nourri et élevé. Elle a gardé et contemplé dans son cœur tous les mystères de ses trente premières années. Et elle se tient là comme l’Épouse du Seigneur, dans la situation qu’elle avait quand il était adulte : situation d’assistante et de conseillère, prête à se laisser séparer de lui au profit de ses desseins, pour le retrouver dans la déréliction suprême de la Croix. C’est pourquoi, elle représente — au-delà de sa qualité de Mère et d’Épouse — le sein de l’Église. Elle l’est du fait de sa maternité ; par son oui spirituel, elle a conçu le Fils corporellement, non seulement sa chair, mais le Fils tout entier, avec tout ce qu’il est et tout ce qui, d’après son Évangile, ne fait qu’un avec lui. Le Fils ne voulait pas voir en elle seulement sa Mère selon la chair ; il l’a prise avec lui pas à pas tout au long de sa route, la préparant sans cesse à toutes les extensions futures, adaptant son esprit à ses propres sphères qui s’étendaient constamment. Il la modelait, transformant l’esprit d’un individu en celui de l’Église. II le fit en la dilatant presque de force à sa nouvelle dimension d’Épouse, et en la plongeant, par ses renvois, dans la pleine nuit de la Croix. Et parce qu’elle était l’Immaculée Conception et pouvait donc prononcer un oui illimité, son consentement devenait malléable et extensible à l’infini. Jamais elle n’a opposé de limites à son Fils. Elle fut toujours et à chaque instant ce qu’il attendait d’elle, parfaitement conforme à tout. C’est pourquoi elle devient maintenant le sein de l’Église. Car, en tant que Mère, elle est la fécondité infinie et pleinement conforme, et en tant qu’Épouse, elle est le lieu où l’Eglise dans l’absolue pureté s’adapte parfaitement à l’Époux. Toutes les qua­lités qu’elle avait durant la vie terrestre du Seigneur, elle les lui a offertes, et elles lui sont rendues augmentées et spiritualisées pour sa nouvelle tâche : être la source féconde de l’Église.

Le Fils l’a entraînée partout avec lui et lui a confié, dans l’excès de son amour, une mission surhumaine. Dans son oui, qui était pourtant une réponse à la question précise de Dieu lui demandant si elle voulait enfanter le Messie, il a entendu, sans lui poser d’autre question, la réponse à toute demande divine, à une demande englobant tellement tout qu’une oreille humaine ne pouvait la saisir; et il a agi en conséquence. Humainement parlant, il agissait avec elle sans aucun égard. Mais étant Dieu, il savait qu’elle était d’accord en tout. Car à l’arrière-plan de cette première demande, il y avait déjà tout l’horizon de la Rédemption et la Mère ne mettait aucune limite à son consentement. Son oui était un oui à la catholicité, et de ce fait même unoui catholique. La catholicité, ce n’est pas le Seigneur seul, mais c’est aussi l’Église avec lui et en lui, et celle-ci c’est tout d’abord Marie elle-même. C’est par elle et en elle, dans son sein actif et passif, que l’Église dans son universalité doit d’abord être créée. Tout ce que le Seigneur a fait à sa Mère, c’était déjà en vue de son Église qu’il le faisait. II pouvait le faire parce qu’il s’était déjà servi d’elle pour s’incarner ; et, parce que sa maternité procédait de l’Esprit Saint, il pouvait toujours se rapporter au mystère de sa fécondité pour en faire surgir toute son œuvre. Sa Mère devient ainsi le refuge de l’humanité. Elle seule, l’Immaculée Conception, pouvait l’être, car elle seule était assez catholique pour comprendre chacun, l’accueillir et le conduire auprès du Fils. Quand l’Esprit la première fois la couvrit de son ombre, il forma dans son sein corporel le Fils incarné comme un être concret, individuel, humain. L’Esprit donc créa en elle le Fils dans la chair. Puis, dans un deuxième temps, le Fils la transforma dans l’Esprit pour faire de sa Mère selon la chair l’Épouse et l’Église. Ce fut le temps de l’élargissement, de la métamorphose, ce qui était terrestre devint chrétien, catholique, universel. Et dans une troisième étape : le Fils qui a rejoint le Père fait de nouveau descendre sur elle l’Esprit Saint, afin qu’en la couvrant une seconde fois de son ombre, le corps entier et concret de l’Église prenne naissance. Avant la Pentecôte, la Mère était toute attente et toute Avent en vue de la répétition spirituelle de sa première conception. Et c’est la descente effective de l’Esprit qui actualise la fécondité ecclésiale qu’elle possédait en puissance.

De cette manière la Mère devient à présent la norme, l’idée, le modèle de l’Église. C’est en elle seule que l’Église est exactement ce qu’elle doit être, l’Épouse sans tache ni rides. Elle reçoit d’elle la faculté de correspondre en tout à l’Époux. La règle de l’Église n’a rien d’abstrait, elle n’est pas une simple loi comme dans l’Ancienne Alliance. Elle n’est pas que spirituelle. Conformément à l’incarnation de Dieu dans le Chef, le corps du Christ qu’est l’Église est pourvu d’une forme terrestre, intelligible et concrète. Avec la Mère, l’Église a sa forme concrète et, en elle et par elle, l’Église devient elle-même la règle concrète de tous les chrétiens. Par sa fécondité spirituelle, Marie est capable non seulement de réaliser en elle-même l’idée de l’Église parfaite, mais aussi de la représenter efficacement pour tous les autres. L’Église n’est pas une création abstraite et exsangue, elle possède un corps. Elle est le véritable corps spirituel du Seigneur. Ainsi, dans la Mère et par la Mère, le corps du Fils est enfanté deux fois : comme tête et comme membres, mais il n’est qu’un seul corps et par conséquent il n’y a qu’une seule naissance.

Nous sommes membres de ce corps de l’Église. Celui qui dans l’Église reçoit l’Esprit doit aussi s’en tenir à l’Esprit tel qu’il règne à l’intérieur du concret, dans le corps : l’Esprit du Christ est nécessairement l’Esprit ecclésial. Mais l’esprit chrétien est celui de la Mère, une participation au consentement et à la fécondité de Marie. Quiconque, avec son esprit personnel, voudrait s’éloigner et se détacher de l’Esprit de l’Église, dépérirait et se dessécherait aussitôt. Il ne serait pas seulement séparé du Seigneur, mais aussi de la Mère qui représente et engendre continuellement l’Église et tous ses membres. Car sa fécondité inouïe qui, déjà pendant la vie terrestre du Fils, d’humaine était devenue spirituelle, est désormais universellement efficace dans l’Église. Il n’y a pas que le dogme et la règle qui soient nés d’elle, mais avant tout l’amour qui forme la substance la plus intime de l’Église. Dans l’amour réciproque de tous ses membres, l’Église est l’Épouse du Seigneur : toute la féminité de l’Église et de son amour pour le Seigneur se résume en Marie. Elle institue la règle, mais atténue en même temps par sa douce présence la distance et la sévérité de l’autorité hiérarchique. Une attitude ecclésiale, la soumission à l’Esprit et à l’autorité de l’Église signifient toujours amour et dévouement envers la Mère du Seigneur. Elle remplit de sa bonté rayonnante et de son parfum céleste toute l’étendue de l’Église, elle la fait paraître confortable et fait d’elle un avant-goût du Paradis.

Ainsi pour la Mère, la Pentecôte est le point de départ d’une mission nouvelle, devenue à présent véritablement infinie. Pour elle, c’est une fête grave, la fête de la responsabilité. Elle est investie d’une tâche immense. A Pâques, elle a pu éprouver la plénitude de la joie. Sa reconnaissance envers le Fils consiste à se mettre encore une fois sans réserve à sa disposition, de façon tout à fait désintéressée, neutre et objective. Et la reconnaissance du Seigneur envers la Mère, c’est de laisser l’Esprit Saint répondre à la nouvelle offre de sa Mère. Il faut que soit confiée à quelqu’un la responsabilité générale de l’Église et de tous ceux qu’elle doit conduire au Seigneur. La Mère qui s’est offerte pour toute responsabilité va l’assumer. Dans l’Église, les apôtres ont en quelque sorte des fonctions partagées, partielles. La Mère, elle, répond du tout. En elle, les apôtres avec leurs missions différentes trouvent leur unité, l’unité de la mission catholique tout entière : rassembler ceux qui s’égarent et qui cherchent, tous ceux qui doivent être rachetés. C’est à partir de cette communauté pentecostale (apôtres, saintes femmes et la Mère au milieu) que sont ramenés au Père, au Fils et à l’Esprit tous les hommes dispersés. La Pentecôte devient ainsi le point d’action de la contemplation pascale.

Par sa position dans l’Église, la Mère entre à présent dans une relation particulière avec Pierre qui, rempli de l’Esprit Saint, représente aujourd’hui devant la foule l’Église dans sa totalité. Par son ministère, il représente l’infaillibilité de l’Église à l’extérieur, tandis que la Mère, par son Immaculée Conception, représente la pureté de l’Église à l’intérieur. Depuis longtemps et à plusieurs reprises, Pierre a reçu du Seigneur la promesse d’avoir à lier et délier et à paître tout le troupeau du Christ. Maintenant que l’Esprit s’associe à la promesse, son ministère acquiert sa pleine réalité. Mais en même temps, Pierre provient de cette unité de l’Église incarnée par la Mère : comme les autres, il est né de son sein. Pourtant la Mère ne se prévaut pas de cette supériorité pour se tenir en face de lui, elle s’occupe tout de suite de sa tâche et se subordonne à Pierre. Il sort d’elle, mais elle, pour sa part, rentre en lui comme une simple femme de la communauté, qui. au milieu de l’Église, se tient parmi tous les autres, presque perdue dans la foule. Vue de l’extérieur, la Pentecôte est déjà tellement une affaire d’hommes et de hiérarchie qu’il est à peine fait mention de la Mère. Comme tous les autres, elle se tient dans l’obéissance à Pierre qui, en tant que chef, représente le Christ. Pourtant, elle reste la Mère et l’Épouse, et quand elle interprète et explique le Seigneur, son Fils et son Époux, Pierre aussi doit l’écouter. C’est un lien et une subordination réciproques. Apparemment, les hommes agissent comme s’ils étaient seuls, mais ils savent et ne doivent pas oublier que parmi eux il y a les femmes avec leur rôle médiateur devant le Seigneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Méditation chrétienne

Les autres chroniques du mois