Billet hebdomadaire,

Responsable de la chronique :
Billet hebdomadaire

Dans les petits pots, les bons onguents

Imprimer Par Denis Gagnon

Un petit détail de rien peut parfois susciter de grands éclats. Aux premières bouffées de chaleur du printemps, un bourgeon éclate. Bientôt, tout l’arbre sera recouvert de feuilles. Votre nièce annonce qu’elle est enceinte. En quelques heures, toute la parenté est en effervescence. L’avion dévie d’un degré. Si l’orientation n’est pas corrigée, l’écart ne fera que grandir. Un petit grain de sable peut parfois dérégler une grosse machine de précision.

Ainsi en est-il du christianisme. Au début, une affaire presque banale. De Nazareth apparaît un homme. Que peut-il sortir de bon de Nazareth? Combien d’hommes sont apparus de Nazareth avant lui et la face du monde n’a pas changée pour autant?

Il parle bien, cet homme. On aime l’entendre. Il devient populaire. Les vedette se démodent rapidement. La popularité de cet homme aurait pu subir le même sort. Mais voilà, l’entreprise, si modeste dans ses débuts, à peine une graine de moutarde, elle grandit, elle se développe. Des millions d’hommes et de femmes à travers le monde suivent Jésus aujourd’hui. Comme les oiseaux viennent de partout nicher dans les branches des grands arbres, des gens de toutes les cultures et de tous les points cardinaux greffent leur vie à celle de Jésus.

Si vous êtes découragés, si vous avez l’impression que la famille s’embourbe, si vous croyez que votre milieu piétine, s’il vous semble que vos amours régressent, si vous trouvez que votre foi s’en va à l’abandon, pensez aux humbles débuts de l’Église, pensez aux coups durs qu’elle subit d’un siècle à l’autre et voyez-la traverser le temps la tête haute.

Dites-vous alors: les moindres paroles, les gestes les plus anodins, les prières les plus simplistes, les engagements les moins éclatants font leur petit bonhomme de chemin. Qu’on s’en rende compte ou non, ils font des progrès. Il y a de l’avenir dans ce qui semble le moins emballant.

Dans les petits pots, il y a souvent de bons onguents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Billet hebdomadaire

Les autres chroniques du mois