Livre du mois,

Responsable de la chronique : Jacques Sylvestre, o.p.
Livre du mois

Henri Sanson. Chemin spirituel de la vieillesse

Imprimer Par Sophie Tremblay

SansonL’auteur, Henri Sanson, est un jésuite, maintenant âgé de 84 ans, spécialiste de Jean de la Croix et ayant vécu près de 70 ans en Algérie. Il parle de la vieillesse et de la spiritualité en partant de sa propre expérience. Il n’hésite pas à parler d’une véritable vocation spirituelle de la vieillesse et à réfléchir sur la mort, sa propre mort. De ces deux points, le Christ n’en a connu qu’un seul. Le Christ a connu la mort mais il n’a pas connu la vieillesse.

Les théologiens de la vie spirituelle ne se préoccupent que rarement de la vieillesse elle-même. La vieillesse nous fait prendre conscience que l’on est en train de franchir une nouvelle et dernière étape de notre existence. «Le capital de l’espoir de vie s’épuise», (p. 15) et la mort n’est plus une réalité lointaine. Surgit aussi très souvent l’épreuve du doute sur l’au-delà de la vie : Dieu ou le néant?

Samson, tout en affirmant que la vieillesse est une épreuve, nous rappelle qu’elle peut être assumée avec sainteté, voire de façon mystique, comme annonce du Royaume de Dieu.

La vieillesse, temps de solitude, est une invitation à mettre de l’ordre dans son passé et une invitation à l’intimité spirituelle avec soi, autrui, Dieu. Elle est un temps où il faut vivre le moment présent dans toute sa densité, un présent qui, s’il est assumé dans le Christ, est toujours plein de Dieu.

La vieillesse est aussi le temps de l’affaiblissement, voire du dépouillement. Mais cet affaiblissement peut être vécu comme un dépouillement offert à la force de Dieu. Elle est aussi le temps de l’appauvrissement où, au bout du compte, il ne nous restera plus que Dieu. La vieillesse est finalement le temps de l’espérance. Non pas seulement une attente du futur, mais aussi une confiance en l’existence, une confiance en ce présent qui est déjà habité par l’éternité promise à l’au-delà de la mort.

Quelle est la mission de la vieillesse?

La mission de tout homme, à tout âge, est d’annoncer cette bonne nouvelle de la Vie qui, malgré les avatars de l’existence, fait vivre, de façon spirituelle, dans le temps. Les personnes âgées ont mission d’être, elles aussi, les témoins de la Vie.

La mission de la vieillesse est d’annoncer l’Espoir dont l’existence est porteuse. La confiance dans le présent de la vie – même obscurci par le grand âge – annonce l’Accomplissement non seulement pour après, mais déjà pour maintenant.

La mission de la vieillesse?

Les personnes âgées sont là, entre autres choses, pour montrer qu’il y a de la joie à vivre, dans les derniers temps, de la joie des temps accomplis. Dieu, dans l’Apocalypse, nous est donné sous les traits d’un vieillard! La vieillesse s’en trouve magnifiée.

La mission des personnes âgées?

Savoir vieillir et mourir de telle façon que, les accompagnant, on ait envie de s’écrier avec le Centurion : «Ce sont les fils de Dieu»: elles aussi, elles ont fait, bien fait, jusqu’au bout, ce qu’elles avaient à faire.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Livre du mois

Les autres chroniques du mois