Parole et vie,

Responsable de la chronique : Dominique Charles, o.p.
Parole et vie

Sainte Trinité. Année C.

Imprimer Par Jacques Sylvestre, o.p.

Prière pour le temps présent

J’aurais encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous n’avez pas la force de les porter. Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous guidera vers la vérité tout entière. En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même : il redira tout ce qu’il aura entendu ; et ce qui va venir, il vous le fera connaître. Il me glorifiera, car il reprendra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. Tout ce qui appartient au Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : Il reprend ce qui vient de moi pour vous le faire connaître.

Commentaire :

Cette page fait partie du Discours après la Cène. Jésus réalise que ses disciples ne peuvent saisir tout son message ( 14 : 4-5, 8-9 ; 16 : 18-19 ; 23 : 31-32) ; il leur promet donc l’Esprit qui, après la résurrection, leur permettra de comprendre à fond certaines affirmations. Le « Temple de son corps » (2 : 19-22) est un exemple parmi tant d’autres. L’Esprit de Vérité leur rappellera tout ce qu’il leur a dit, leur apprendra autres choses encore et leur fera connaître les événements à venir. (16 : 13-15). Les disciples ne parviendront donc à pénétrer le mystère de Jésus que sous la mouvance de l’Esprit. Ce dernier deviendra source de la prédication de l’Évangile en permettant aux disciples de mieux comprendre le sens des actes et paroles de Jésus. Mais tout ce qui viendra de l’Esprit vient de Jésus qui reçoit tout du Père. Tel est la raison d’être de cette page en la fête de la sainte Trinité : rappeler l’interaction des Trois dans l’oeuvre de l’évangélisation.

De premières formulations trinitaires avaient été ébauchées par Paul : « Les dons de la grâce sont variés, mais c’est toujours le même Esprit. Les fonctions dans l’Église sont variées, mais c’est toujours le même Seigneur. Les activités sont variées, mais c’est toujours le même Dieu qui agit en tous. » (1 Co.12 : 4-6) « L’Esprit que vous avez reçu ne fait pas de vous des esclaves, des gens qui ont encore peur ; c’est un Esprit qui fait de vous des fils ; poussés par cet Esprit, nous crions vers le Père en l’appelant : Abba ! C’est donc l’Esprit Saint lui-même qui affirme à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Puisque nous sommes ses enfants, nous sommes aussi ses héritiers ; héritiers de Dieu, héritiers avec le Christ, si nous souffrons avec lui pour être avec lui dans la gloire. » (Rm. 8 : 15-17) « Par lui, en effet, les uns et les autres nous avons accès auprès du Père, dans un seul Esprit. Et donc, vous n’êtes plus des étrangers ni des gens de passage, vous êtes citoyens du peuple saint, membres de la famille de Dieu, car vous avez été intégrés dans la construction qui a pour fondations les Apôtres et 1es prophètes ; et la pierre angulaire c’est le Christ Jésus lui-même. En lui, toute la construction s’élève harmonieusement pour devenir un temple saint dans le Seigneur. En lui, vous êtes, vous aussi, des éléments de la construction pour devenir par l’Esprit Saint la demeure de Dieu. » (Eph. 2 : 18-22) « Ayez à cœur de garder l’unité dans l’Esprit par le lien de la paix. Comme votre vocation vous a tous appelés à une seule espérance, de même il n’y a qu’un seul Corps et un seul Esprit. Il n’y a qu’un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui règne au-dessus de tous, par tous, et en tous. » (Eph. 4 : 3-6) Ces textes précisent déjà la mission de l’Esprit qui prolonge celle de Jésus, l’un et l’autre envoyés par le Père et unis au Père.

Le mystère de la sainte Trinité n’a pas été d’abord révélé en paroles, mais par des faits. Dans l’expérience de son histoire, Israël nomme déjà Dieu Père (Os. 11 : 1-11). Il reconnaît également l’action de l’Esprit de Dieu qu’il nomme parfois Esprit Saint (Is. 61 : 1+ ; Ps. 51 : 13). C’est le concile de Nicée en 325 qui, après de longs tâtonnements de l’Église, en fixera définitivement l’expression.

Dans le passage de ce jour, Jésus indique le rôle de l’Esprit concernant ses propres paroles. Il semble toutefois se contredire ; en 15 :15 il avait affirmé que tout ce qu’il avait appris du Père, il en avait fait lui-même la révélation à ses disciples ; ici, au contraire, il déclare que beaucoup de choses restent encore à dire. S’agit-il d’un complément de révélation réservé à l’Esprit ? Ce qui manque encore aux disciples, c’est la pleine compréhension de la personne de Jésus et de son message. Tout a été dit, mais tout n’a pas encore été compris. L’Esprit de vérité conduira l’Église des Apôtres vers la Vérité tout entière : vérité de Jésus concernant son enseignement, son œuvre et toute sa personne. A quelques reprises, Jésus revient sur cette même idée : « il (l’Esprit) ne parlera pas de lui-même », et deux fois « c’est de mon bien qu’il prendra ». Ce que l’Esprit révélera à l’Église, il le tient entièrement du Fils, lui-même héritier du Père (7 : 17+ ; 14 : 10 et 8 : 26.38). La révélation est unique : du Père elle passe par le Fils pour être complétée par l’Esprit. C’est dans cet ordre de pensée que Jésus déclarera à la Samaritaine : Quand il viendra, il vous révélera toutes choses (4 : 25 et 16 : 25), l’Esprit donnera l’interprétation complète d’une révélation antérieure, demeurée obscure et mystérieuse. Il sera pour l’Église l’interprète de Jésus et permettra à celle-ci de saisir le nouvel ordre de choses issu de la mort et de la résurrection du Christ, il donnera un sens à l’histoire et jettera sur tout événement la lumière de la révélation.

En ce même discours, cinq promesses de l’Esprit forment l’un des centres d’intérêt du Discours après la Cène et toutes se rapportent à la vie de foi des disciples du Christ. La première souligne l’opposition radicale entre le monde et les croyants (14 : 16-17). La deuxième (14 : 26) et la cinquième (16 : 12-15) traitent du rôle d’enseignant de l’Esprit ; la troisième (15 : 25-27) et quatrième (16 : 7-11) définisse son action dans le procès qui opposera le Christ au monde. Mais la tâche principale de l’Esprit telle que précisée ici sera d’approfondir la foi des disciples : il leur permettra de mieux concevoir la vie et le message de Jésus et se constituera leur défenseur dans les persécutions de ce monde.

« Toi qui procède du Père et du Fils, viens Esprit Créateur dont nous avons toujours tant besoin ; remplis le cœur de tes fidèles et allume en eux le feu de ton amour ! » Ne nous lassons jamais de redire ces mots.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Parole et vie

Les autres chroniques du mois