École de la prière,

Responsable de la chronique :
École de la prière

Prières diverses

Imprimer Par Prudence, Maurice Zundel, Stefan Wyszynski

L’Évangile intérieur
Maurice Zundel

La prière fait de notre vie un don et nous établit dans une relation filiale avec notre Créateur.

Elle n’a donc point pour fin de renseigner Dieu sur nos besoins, qu’Il connaît infiniment mieux que nous; elle ne se propose pas non plus de l’amener à consentir à leur satisfaction, car sa bonté infinie ne cesse de vouloir notre bien, mais de faire coïncider bien plutôt notre volonté avec la sienne, pour que son amour ait dans le nôtre une réponse de plus en plus parfaite.

La prière a donc un caractère essentiellement spirituel et désintéressé.
Nous pouvons, sans doute, implorer les biens matériels qui nous sont nécessaires, mais en tant que moyens d’une vie tout ordonnée à l’Esprit.

Ce que nous demandons, au fond, c’est toujours Dieu lui-même.

À ce titre, toute prière est exaucée, dès qu’elle est vraiment ce qu’elle doit être : l’ouverture de notre cœur à l’appel du premier Amour.

Maurice Zundel (1897-1975) Extrait de L’Évangile Intérieur, ed. St-Augustin.

Éveille en moi, Seigneur, la volonté de m’oublier
Stefan Wyszynski

Aide-moi, ô Père, à ne plus attendre de ma vie
Le contentement et la satisfaction,
L’assouvissement de mes désirs personnels.
Apprends-moi comment me comporter
pour savoir renoncer à des sentiments trop égoïstes
qui ne profitent à personne,
ni à Toi, ni à tes enfants, ni même…à moi.

Éveille en moi la volonté de m’oublier,
conscient que cela ne vaut pas la peine
de perdre son énergie pour soi-même.
Que pourrais-je sans toi?
Je ne souhaite qu’être avec toi,
créer pour toi seulement, pour ta gloire.

Ô Père de vérité,
ne me permets aucun écart entre mes pensées
et mes paroles.
Si je te dis que je t’aime, empêche-moi de mentir.
Si je t’exprime mes regrets, qu’ils soient sincères.
Défends-moi, Père, de m’abuser des mots.
Pénètre l’univers de mes réflexions,
Trie-les pour que ne n’essaie pas de te tromper.

Défends-moi de faire de la littérature , de fabuler,
interdis-moi l’inflation de paroles…
Que même mes pensées se taisent
pendant que je me tiens devant toi,
qui lis dans les pensées et dans les cœurs…

Stefan Wyszynski. Notes de Prison, Le Cerf, 1983.

Nox et tenebrae et nubila
de Prudence

Nox et tenebrae et nubila
Ô nuit, ténèbres et nuages,
Confusion et trouble du monde,
Voici la lumière, le ciel blanchit,
Le Christ s’avance : disparaissez.

Le voile obscur de la terre se déchire,
Percé du soleil comme d’une flèche,
Les choses reprennent leur couleur,
Sous le regard de l’astre brillant.

Ô Christ, c’est Toi seul que nous connaissons,
C’est Toi que d’un cœur pur et simple
Nous implorons par nos pleurs et nos chants,
Sois attentif à nos accents.

Tout ce que la nuit du monde
A obscurci de ses noirs nuages
Toi, le Roi de l’astre d’orient,
Éclaire-le de ton serein visage.

Prudence
Hymne latine

Cinq mille ans de prières, éd Desclée de Brouwer, 1989.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

École de la prière

Les autres chroniques du mois