Spiritualité 2000 met à votre disposition 22 années d’archives, soit près de cinq mille articles. Un grand merci à tous nos artisans qui ont su rendre possible cette aventure ayant rejoint des millions d’internautes.

École de la prière,

Responsable de la chronique :
École de la prière

Prières diverses

Imprimer Par L. de Grandmaison, Sedelius, Georges Madore

Sainte Marie
L. de Grandmaison

Sainte Marie, Mère de Dieu
Gardez moi un coeur d’enfant,
Pure et transparent comme une source;
Obtenez moi un coeur simple
Qui ne savoure pas les tristesses;
Un coeur magnifique à se donner,
Tendre à la compassion;
Un coeur fidèle et généreux,
Qui n’oublie aucun bien
Et ne tienne rancune d’aucun mal.
Faites moi un coeur doux et humble,
Aimant sans demander de retour,
Joyeux de s’effacer dans un autre coeur
Devant votre divin Fils;
Un coeur grand et indomptable
Qu’aucune ingratitude ne ferme,
Qu’aucune indifférence ne lasse;
Un coeur tourmenté de la Gloire de Jésus Christ,
Blessé de son Amour
Et dont la plaie ne guérisse qu’au ciel.

Hymne de Noël : A solis ortus cardine
de Sedelius

Depuis l’orient où le soleil se lève
Jusqu’aux frontières du couchant
Chantons le Christ notre Roi
Il est né de la Vierge Marie.

L’auguste créateur de l’univers
A revêtu un corps d’esclave :
Par la chair il a voulu sauver la chair,
De peur que ses créatures ne se perdent.

Le sein d’une vierge pure
Est visité par la grâce du ciel.
Il porte le secret d’un mystère,
Que jamais elle n’eût pensé.

La demeure d’un sein très pur
Devient soudain temple de Dieu.
Et sa virginité demeure,
Alors qu’elle porte un enfant.

Voici qu’elle met au monde
Celui qu’annonça Gabriel,
Que salua le Précurseur,
Encore dans le sein de sa mère.

Il a daigné reposer sur la paille,
Dans la pauvreté d’une crèche;
Il s’est nourri d’un peu de lait,
Celui qui nourrit le petit des oiseaux.

Le chœur des cieux est tout en fête
Et les anges célèbrent leur Dieu;
Aux bergers de Bethléem apparaît
Le Berger que fit l’univers.

Ô belle humanité
de Georges Madore

Dans la nuit de Noël, quelqu’un, pour nous,
en notre nom et en notre chair,
en notre temps, et en notre histoire,
en notre jour et en notre nuit,
quelqu’un, pour nous, accueille Dieu.

C’est Marie. En elle, comme dans une oasis,
s’est réfugiée toute la beauté du monde.
En elle, l’humanité la plus belle se penche sur le Créateur,
et, dans son coeur, comme dans une cathédrale,
chante et résonne la joie des anges:
Gloire à Dieu au plus haut des cieux.

Je crois fermement
que c’est à partir de cette humanité virginale,
plus jeune que le péché,
que Dieu décontaminera notre monde,
que le Christ guérira notre humanité.

Ô belle Humanité,
penchée sur mon Seigneur,
penche-toi sur moi,
que je reprenne espoir.

Ô belle Humanité,
intouchée par le mal,
touche-moi,
que je te ressemble.

(Marie, un nouveau regard, Fides, p.44.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

École de la prière

Les autres thèmes