Livre du mois,

Responsable de la chronique : Martin Lavoie, o.p.
Livre du mois

Jean-Pierre Denis : Les catholiques, c’est pas automatique !

Imprimer Par Martin Lavoie, o.p.


Et si la pandémie était un signe de Dieu envoyé aux hommes ? Avec cette question provocatrice, Jean-Pierre Denis entame une forme de méditation en question-­réponse, avec un interlocuteur virtuel, un dialogue socratique qui ne dit pas son nom. L’auteur a pris le temps de chercher le sens de l’événement qui s’est abattu sur toute la planète. Plutôt que de parler du « monde d’après », il se tourne vers le ciel.

 

 

Le difficile retour à l’église après le déconfinement.

Dieu aurait-il voulu punir les hommes ? Non, mais les hommes doivent savoir discerner les « signes des temps », cette vulnérabilité dans laquelle nous avons tous été plongés. Avec l’épidémie, c’est bien la réalité même de ce que nous vivons qui gémit et se rebelle, une protestation contre notre prétention d’être les maîtres absolus écrit-il : « Les gémissements de Dieu en notre faveur, c’est cela que j’appelle signes des temps. » Des signes qu’il est urgent de comprendre : « Une Église qui renonce à parler le langage des signes finit par devenir aveugle et muette. »

L’Église « du monde d’après »

Signe des temps, la manière dont les catholiques ont été privés de messe, et ont pu redécouvrir l’importance de la lecture de la Parole. Signe des temps encore, leur capacité à se rassembler en communautés plus informelles, et à se mobiliser pour venir en aide aux personnes touchées par la crise. C’est là l’occasion de se poser la question du témoignage chrétien, lorsqu’il faut sortir de nos églises de pierre et « du consumérisme sacramentel ». Car les catholiques ne doivent pas renoncer à témoigner dans une société dont le Covid a montré toutes les impasses et l’illusoire puissance.
Jean-Pierre Denis propose une belle relecture de la pandémie, qui permet d’entrevoir ce que sera l’Église « du monde d’après ». Une Église catholique « post-eucharistique », dit-il, mais qui n’a rien de désespérant, au contraire. Car on aura encore besoin de chrétiens qui sauront « faire signe pour dire que Dieu fait signe ».


Denis, Jean-Pierre, Les catholiques, c’est pas automatique !, Éd. Cerf, Paris, 2021, 184 p.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Livre du mois

Les autres chroniques du mois