Aventure spirituelle,

Responsable de la chronique : Gilles Simard, o.p.
Aventure spirituelle

Giuseppe Girotti – dominicain italien – martyr à Dachau

Imprimer Par Gilles Simard, o.p.

Giuseppe Girotti (1905-1945), prêtre et bibliste italien profès de l’Ordre des Frères prêcheurs, tué en haine de la foi à Dachau, en Allemagne en 1945 (décret du 28 mars 2013, en italien) Béatifié le 26 avril 2014 à Alba. Il est enregistré au calendrier des Saints le 1 avril.

Il est né à Alba en Italie le 19 juillet 1905 dans une famille modeste… Brillant dans ses études, plein de vitalité et très gai de caractère, il entre au séminaire dominicain de Chieri et est ordonné prêtre le 3 août 1930. Il se spécialise dans l’interprétation des Écritures Sacrées à l’Angelicum à Rome et à l’École biblique et d’archéologie française de Jérusalem. 

 Il commence une carrière de bibliste et théologien, publiant des commentaires bibliques sur le livre de la Sagesse (1937) et sur Isaïe (1942). Dans ces deux volumes, il répand toute sa profondeur de réflexion, exposée avec une admirable clarté. 

Il enseigne l’Écriture Sainte au Séminaire théologique dominicain de Turin et au Collège des Missionnaires de la Consolata.

Tenu en haute estime pour sa vaste culture, il aimait exercer le ministère sacerdotal aussi parmi les pauvres et les humbles, plus spécialement à l’hospice des ‘Pauvres Vieux’. Puis vinrent les années de souffrance et les épreuves, acceptées avec humilité. Indépendant et anticonformiste, il est surveillé par les autorités fascistes, et déplaît aussi à ses supérieurs qui le soupçonnent de modernisme. En conséquence, il sera suspendu de l’enseignement, et éloigné de la maison de formation.  Il fut transféré au Couvent Saint Dominique dans le centre de Turin. Il continua cependant ses recherches dans le domaine biblique, alors qu’il intensifiait l’exercice de son activité caritative.

 Tout ce que je fais, je ne le fais que pour la charité, disait-il avec candeur.

Après le 8 septembre 1943, avec l’occupation allemande et la naissance de la République Sociale Italienne, à l’insu de ses supérieurs, Giuseppe Girotti devient le centre d’un vaste réseau de soutien en faveur des juifs, pour lesquels il est animé d’une affinité culturelle mûrie au cours des années de son séjour à Jérusalem et développée ultérieurement avec ses études bibliques. Il s’engage à leur trouver des cachettes sûres et des faux papiers d’identité.

Il est arrêté pour son activité contraire aux lois fascistes et nazies… Il est emprisonné à Turin. Malgré les efforts de son prieur pour le faire libérer, il est transféré d’abord à Milan, puis au camp de Gries à Bolzano et enfin, le 5 octobre 1944, à Dachau. Selon le témoignage de don Angelo Dalmasso, un autre prêtre qui a partagé sa détention, Girotti s’y distinguait par sa générosité envers les autres détenus, pour son attitude ouverte et comme ‘porteur de la Parole de Dieu’. Il passe son temps à étudier l’Écriture Sainte, à réfléchir, lire et écrire.  Il tombe malade et il est transporté à l’infirmerie.

C’est là que le 1er avril 1945, le jour de Pâques, il meurt avant d’avoir atteint l’âge de quarante ans, peut-être d’une injection d’essence. Sur sa couchette ses compagnons écrivirent: ‘Ici dormait Saint Giuseppe Girotti’.

Il a été déclaré ‘Juste parmi les nations’ par l’État d’Israël le 14 février 1995, pour son action en faveur des Juifs durant la Shoah. Son nom est inscrit sur l’album officiel et un arbre a été planté en son honneur dans l’Allée des Justes à Yad Vashem à Jérusalem.

«  ‘L’Église a été et sera toujours l’unique refuge pour l’humanité, l’amour et la miséricorde; refuge de la vérité, des principes de la juste raison, de la civilisation… Or cette mission extraordinaire de l’Église, dans le gravissime moment de l’histoire présente, ne peut pas être menée parfaitement à terme si les fidèles du Christ restent divisés’. Ce sont des mots simples et profonds, un héritage pour le XXIe siècle »

Ainsi prêchait à Dachau, dans l’univers concentrationnaire, Giuseppe Girotti, un Dominicain arrêté pour avoir caché des Juifs, l’un des nouveaux martyrs du XXe siècle … (AIM, Alliance InterMonastères)

Texte tire des sites suivants :

https://nominis.cef.fr/contenus/saint/12797/Bienheureux-Giuseppe-Girotti.html 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Giuseppe_Girotti 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aventure spirituelle

Les autres chroniques du mois