Dieu en famille,

Responsable de la chronique : Raphaël Pinet
Dieu en famille

A fame, peste et bello …

Imprimer Par Raphaël Pinet

Au Moyen-Âge, les croyants imploraient Dieu de les délivrer des maux les plus courants : A fame, peste et bello, libera nos Domine ! dans la version primitive de la Litanie des saints. Cette prière qui est apparue en 590 sous le pontificat de Grégoire le Grand a été régulièrement récitée tout au long du de l’époque médiévale dans les grandes liturgies[i]. 

En ce début d’année 2021 depuis l’incarnation du Christ, ces invocations peuvent nous apparaître, au sens propre, d’un autre âge. Pourtant, quelques réflexions peuvent changer le regard condescendant que nous pouvons porter dans notre grande suffisance vers une spiritualité populaire que d’aucuns appelleraient primitive.

De la faim, de la peste et de la guerre, délivre-nous Seigneur !

Cette prière nous rappelle que nous ne sommes pas libres puisque nous demandons au Seigneur la libération. Beaucoup de choses en effet nous entravent et nous empêchent d’accéder au Royaume des Cieux qui est déjà là parmi nous. Concentrons-nous sur les termes de cette invocation : la faim, la maladie et la guerre. Traces d’un autre monde, révolu par certains aspects mais toujours actuel par d’autres. Selon un article du Monde de juillet 2020, 3 milliards de personnes (sur près de 8 milliards en 2020) ne peuvent se nourrir correctement[ii]. Sur un mode moins tragique, combien de personnes même dans les pays développés peuvent se nourrir correctement alors que les couvertures sociales se déchirent depuis 40 ans de pressions néo-libérales ?

La maladie, il n’est point besoin d’en souligner toute l’actualité, longtemps en recul devant les succès grandissants de la médecine moderne, met à mal les équilibres sociaux et économiques de nos sociétés connectées. La découverte de la pénicilline dans les années trente a permis d’espérer éradiquer les maladies infectieuses. On sait aujourd’hui que c’est un combat de tous les instants et de tous les défis.

Enfin, la guerre bien que le bilan des dernières décennies montre un recul net des décès dans les conflits internationaux et civils, s’est convertie dans une dimension économique dont le bilan humain a un coût caché exorbitant. La recherche effrénée de rentabilité, d’optimisation fiscale de grands fonds d’actionnaires prédateurs (excusez le pléonasme) provoque une destruction irrémédiable de l’environnement ainsi que des inégalités grandissantes intolérables. Depuis les années Reagan et Thatcher, les écarts se creusent de façon spectaculaire. A titre d’exemple, les Américains les plus riches sont deux fois plus riches aujourd’hui qu’en 1980 tandis que les classes moyennes voient leurs revenus stagner ou baisser[iii]. On parle de plus en plus de guerre des riches contre les pauvres ! A votre avis, qui va gagner ?

De la faim, de la peste et de la guerre, délivre-nous Seigneur !

Cette prière nous rappelle enfin que le Christ est libérateur. Sa Parole a une vertu libératrice. L’Evangile a des effets profonds sur notre perception du monde et de notre entourage qui peuvent changer l’existence pour avoir une vie surabondante.

Et comme parent, quelle est l’actualité de cette prière ?

Elle nous rappelle à nos devoirs élémentaires : assurer la subsistance de nos proches même quand ils ont quitté le foyer parental, assurer la santé par une hygiène adaptée sans obsession et l’instauration d’une discipline de vie au fil d’une éducation bien construite, assurer un climat de paix qui s’oppose aux détours quotidiens du Diviseur et annoncer contre vents et marées l’Espérance même dans les moments qui en semblent exempts.

Vaste programme. Si seuls nous ne pouvons pas, « à Dieu tout est possible » (Mt 19,26).


[i] http://site-catholique.fr/index.php?post/Litanies-des-Saints

[ii] https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/07/13/3-milliards-d-individus-ne-peuvent-se-payer-un-regime-alimentaire-sain-et-varie_6046089_3244.html

[iii] Les inégalités dans le monde, en hausse depuis quarante ans
Les inégalités dans le monde, en hausse depuis quarante ansMathilde DamgéSelon un rapport, les 1 % les plus riches ont profité deux fois plus de la croissance des revenus que les 50 % l…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dieu en famille

Les autres chroniques du mois