Le rosaire dans la ville,

Responsable de la chronique : Francine Paquin
Le rosaire dans la ville

L’Assomption de la Vierge Marie

Imprimer Par Francine Paquin

Quatrième mystère glorieux

Vierge Immaculée, ton corps qui a porté Dieu ne pouvait connaître la corruption! Tu as reçu l’étreinte nuptiale de l’Esprit de Dieu! En ton corps virginal, le Père a formé un corps à son divin Fils, en toi, il a pris chair. Jésus s’est développé au temple saint que lui offrait une Vierge Mère. Ton sein très chaste l’as allaité, tu as nourri, soigné le Fils de Dieu. Alors que tu vivais sur la terre, les Cieux chantaient déjà ta gloire à venir. Mais avant d’y parvenir, tu devais, en étroite union avec ton Fils Jésus, marcher dans ses pas, connaître l’indifférence, le rejet, monter avec Lui jusqu’au Calvaire. Tu as entendu sa Parole, tu l’as méditée en ton cœur. Toute ta vie a été orientée vers ton divin Fils pour l’aimer, le servir jusqu’à la croix.Toi, l’humble Mère de ton Créateur, attentive à ses paroles et à ses actions, tu as été son plus fidèle disciple.

Avant même la naissance de Jésus, l’Esprit-Saint avait embrasé tout ton être. Le Ciel était déjà entré en ton âme, tu as connu les délices de l’amour divin. Toi l’Épousée de l’Esprit-Saint. il fallait que l’Esprit de Dieu fasse en toi sa sainte demeure pour t’accompagner sur les chemins épineux que tu devais connaître lors de ton pèlerinage terrestre. Ta présence sur terre ne pouvait être temporelle! Ta mission était trop grande, trop belle, ton amour trop pur pour que   la Mère de Dieu soit limitée dans le temps. 

Dans un sommeil mystérieux, ton corps et ton âme s’élevèrent jusqu’au trône de Dieu. Auprès de ton divin Fils, tu demeures ô Mère très aimante, toujours parmi nous. Jésus nous a dit : «Je serai avec vous tous les jours, jusqu’à la fin des temps.» (Mt, 28, 20) il ne pouvait en être autrement pour toi. Comme tu nous aimes du même amour que tu aimes Jésus, tu es toujours là à nos côtés pour entendre nos prières, nos louanges. Par ta constante intercession auprès du Père, ta gloire rejaillit sur nous, de multiples grâces nous sont accordées. Désirant notre bonheur, tu continues à nous appeler à vivre le message évangélique de ton Fils. Tu partages nos peines et nos joies, souffrant avec nous et te réjouissant de nos efforts. Tu fais tiennes nos demandes, les offrant à Jésus qui ne peut rien te refuser. De la Patrie céleste, tu nous instruis des volontés du Père et nous aides à les vivre fidèlement, tu ne cesses de prier pour nous, tes enfants. Un jour, de sa croix, ton Fils nous a donnés sa mère, devenue notre mère, aussi, ton amour maternel est toujours présent, tu nous visites sur la terre. De ta béatitude, apprends-nous Marie la beauté de ta prière. Que ta prière soit sur nous comme notre espérance est en toi.

Extraits du Canon de Saint André de Crète

Tes entrailles nous ont enfanté Dieu

avec sa Forme selon la nôtre.

Prie-le comme le Créateur de toutes choses

Mère de Dieu afin que nous soyons purifiés par tes prières.

Nous te chantons, nous te bénissons, nous te vénérons

Mère de Dieu car c’est toi qui enfantas

l’Un de la Trinité indivisible- le Christ Dieu-

ton Dieu et ton Fils,

nous ouvrant ainsi à nous, les habitants de la terre,

l’entrée des célestes demeures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le rosaire dans la ville

Les autres chroniques du mois