Le rosaire dans la ville,

Responsable de la chronique : Francine Paquin
Le rosaire dans la ville

La première Messe : Le Pain vivant de Dieu

Imprimer Par Francine Paquin

 

Entre ciel et terre, le Christ célèbre la première Messe. Son corps élevé en croix psalmodie la volonté du Père ; ses lèvres brûlantes ont trempé au sol rougi, le firmament fermé le prive de tous secours divins : ciel et terre immobilisent en croix ses deux bras grands ouverts. L’étendue du geste rassemble en son Cœur transpercé les immondices des hommes. Entre ciel et terre, Dieu célèbre la Messe sur le monde. Les genoux fléchissent, les poitrines sanglotent, le sol poussiéreux du Golgotha tremble de fièvre, les cratères terreux défigurent la création, les obscurités célestes couvrent leurs voûtes, l’air vicieux empoisonne les hommes pour que le Fils de l’Homme, quelques instants encore, puisse respirer. De terre, ils ont élevé leur Créateur, du vide béant où ils l’ont érigé, l’Amour les a sanctifiés.

………………………….

Au dôme céleste, archanges, chérubins et séraphins ont tu leur hymne. Le silence adorateur des anges emplit l’espace azuré… muette contemplation : la douleur de Dieu traverse le Corps et le Cœur de son Enfant, les anges recueillent l’agonie du Père, l’Esprit a désormais épousé la terre. Dans le sein de Dieu germe la Résurrection.

Les écluses du Ciel s’ouvrent à nouveau ; l’homme guéri s’achemine vers la Patrie ; sur lui, les anges caressent le regard de Dieu. Témoins du don suprême de leur Seigneur, anges et hommes, sur terre comme au Ciel, s’unissent à la première Messe de Dieu.

L’Eucharistie, une apparence humble, ordinaire
qui cache l’extraordinaire Présence

Après chaque messe, je remercie le Seigneur
de m’avoir accueillie une fois encore
dans son eucharistie

Seigneur Jésus, je viens dorer mon cœur
Sous tes rayons eucharistiques
Recevoir les touches du Soleil divin
Afin que brûlé au feu de ton Esprit-Saint
Mon cœur se consume au Brasier divin.

Devenir eucharistie avec Jésus-Hostie
pour s’offrir au Père

Le silence n’est pas une absence de parole
mais la plénitude de la sainte Présence
que l’âme expérimente dans la communion
au coeur de Jésus-Eucharistie

La vraie louange appelle l’offrande de soi,
hostie vivante à la gloire de Dieu

L’Eucharistie est la faim de Dieu
qui rassasie la nôtre

Chaque banquet eucharistique auquel nous participons
nous approche des Noces éternelles.

«Je vous exhorte donc, frères, par la miséricorde de Dieu,
à offrir vos personnes en hostie vivante, sainte, agréable à Dieu.
C’est là le culte spirituel que vous avez à rendre.» (Ro, 12, 1)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le rosaire dans la ville

Les autres chroniques du mois