Parole et vie,

Responsable de la chronique : Jacques Marcotte, o.p.
Parole et vie

Homélie pour la présentation de Jésus au Temple

Imprimer Par Jacques Marcotte, o.p.

Consacrés pour Dieu et pour le monde!

            Aujourd’hui nous célébrons une fête qui nous ramène au temps de Noël, aux premières suites de la naissance de Jésus. Il y a eu la nuit de la Nativité, l’annonce aux bergers, l’adoration des bergers. La foi de Marie et de Joseph s’est trouvée renforcée par le précieux témoignage de ces hommes simples, mais illuminés par une annonce venue du ciel.

            Quarante jours plus tard, c’est au Temple de Jérusalem que le couple Joseph et Marie se retrouve pour les rites de la présentation de l’enfant. Et c’est pour eux l’occasion d’une rencontre toute spéciale, lumineuse elle aussi, avec deux témoins de la tradition spirituelle juive. Syméon et Anne. Ils représentent tous les deux le peuple de l’Ancienne Alliance, en attente, en espérance. Ils sont des gens de prière et de recueillement. Dociles à l’Esprit, ils s’amènent pour célébrer l’accomplissement des promesses dans la personne du petit enfant présenté au temple ce jour-là.

            Depuis 1997, suite à l’heureuse initiative du pape Jean Paul II, le Fête de la présentation du Seigneur au Temple coïncide avec la journée de la vie consacrée, le 2 février. À bien des égards, le thème de la consécration à Dieu est particulièrement présent dans cet événement tel que rapporté par Saint Luc. 

            Jésus lui-même est offert par ses parents au Seigneur, pour lui être consacré, selon les rites de la loi juive concernant le premier né mâle dans une famille.

            Joseph et Marie s’offrent eux-mêmes à Dieu, par la même occasion, pour leur mission parentale auprès de Jésus. Leur engagement est signifié par le rachat qu’ils font de l’enfant moyennant le sacrifice offert : ils s’engagent, ils s’offrent à Dieu pour accomplir parfaitement sa volonté bienveillante à l’endroit de l’enfant qu’il leur confie.

            Et il y a les deux personnages déjà sanctifiés par toute leur vie de fidélité dans la prière, une vie exemplaire et dédiée au Seigneur totalement.

            C’est ainsi que dans ce mouvement général d’offrande, de don de soi, de prière et d’engagement pour Dieu et pour nos frères et sœurs, s’inscrit le don de la vie religieuse dans l’Église et dans le monde à la suite du Christ.

            Le Christ Jésus est au cœur et au centre de ce qui se passe au temple au jour de sa présentation. De même dans nos vies dédiées au Seigneur par l’engagement de notre baptême, et même pour certains par les vœux religieux, le Christ Jésus Seigneur est au centre, lui que le chrétien, le religieux, la religieuse veulent suivre, imiter, connaître mieux et faire connaître davantage. Une vie encadrée par la pratique d’une vie évangélique, et même pour certains par les trois vœux de pauvreté, de chasteté et d’obéissance pour une totale oblation de soi, une consécration à Dieu par la prière, l’étude, le service du prochain selon chacun notre appel ou le charisme de notre communauté chrétienne d’appartenance.

            Il y a là une valeur d’humilité, d’enfouissement personnel, de don de soi pour le service de Dieu et du prochain. Car c’est au Seigneur que le baptisé appartient d’abord. C’est bien normal que toute sa vie révèle cette appartenance et porte témoignage à l’Esprit Saint qui l’anime. La vie religieuse institutionnalisée met spécialement en valeur cette dimension fondamentale et commune à tous les baptisés.

            En cette célébration de lumière et de rayonnement évangélique, nous demandons au Seigneur, que nos vies sanctifiés par le baptême, consacrées pour certains par la profession religieuse, produisent leur effet de témoignage lumineux pour que grandissent la foi, l’espérance et la charité dans le cœur et l’esprit des hommes et des femmes d’aujourd’hui et de demain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Parole et vie

Les autres chroniques du mois