Aventure spirituelle,

Responsable de la chronique : Suzanne Demers, o.p.
Aventure spirituelle

Saint frère André

Imprimer Par Edmond Robillard, o.p.

Le frère André Bessette a vécu une enfance pauvre et, ayant vu pour cette raison j’imagine, ses désirs le plus souvent non réalisés, il forma le voeu de s’appliquer toute sa vie à réaliser le désir des autres.

C’est pendant la terrible crise économique des années 30 qu’il a été surtout le secours de notre population éprouvée. Alors que d’autres nourrissaient des idées révolutionnaires et se tournaient du côté de Mussolini, Hitler ou Staline, cherchant des modèles à imiter et à suivre, le frère André se tournait vers saint Joseph et réussissait à faire tourner vers l’époux de Marie, le coeur et l’esprit de notre population ouvrière, qui cherchait une issue à sa situation misérable.

Il aura fallu des siècles dans l’Église pour que des théologiens s’intéressent à approfondir la grandeur cachée de saint Joseph et à marquer sa véritable position dans l’Église. Il s’en faut encore de beaucoup que l’idée de cette grandeur soit acquise et comprise autant qu’il le faudrait. Or, c’est à ce petit frère, démuni de toutes ressources qu’il aura été donné de construire, sur le Mont-Royal à Montréal, cette immense basilique restée, en ce temps de crise religieuse, comme l’un des rares et derniers bastions de la foi des Québécois et de ceux qui, de près ou de loin, se joignent encore aujourd’hui à eux et au frère André pour chanter et prier saint Joseph.

Les thaumaturges et guérisseurs sont des gens soumis par Dieu à rude épreuve; au dedans d’eux-mêmes, où ils sont menacés de douter de Dieu et de leur propre pouvoir et, au dehors, où ils sont livrés à la verve des curieux, des critiques, des sceptiques. Le frère André, sollicité à toute heure, de jour et de nuit, appelé dans les hôpitaux ou les taudis, apportait à tous l’espérance qui était en lui: celle de la toute puissance de saint Joseph, n’ayant rien d’autre ni rien de plus à leur offrir.

Le don des charismes n’est pas fait aux charismatiques eux-mêmes, mais à ceux qui les approchent; par eux un témoignage est rendu à Dieu. Par le frère André, saint Joseph a pris dans notre population une place d’honneur: faisons en sorte qu’elle ne soit jamais oubliée. Il a été canonisé le 17 octobre 2010.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aventure spirituelle

Les autres chroniques du mois