Aventure spirituelle,

Responsable de la chronique : Suzanne Demers, o.p.
Aventure spirituelle

Bienheureux Frédéric Janssoone

Imprimer Par Edmond Robillard, o.p.

Fils de paysan «le bon Père Frédéric» était le treizième enfant de Pierre-Antoine et d’Elisabeth Janssoone (lansone), né le 19 novembre 1838, dans le village de Ghyvelde (Flandres). Élevé dans une famille très chrétienne, à treize ans il fit sa première communion, un dimanche de la Passion (1851) et songea à la prêtrise. Mais son père étant mort, sa mère tomba de ce fait dans une extrême pauvreté. Pour l’aider, Frédéric- Cornil se fit alors voyageur de commerce et réussit bien. Sa mère, cinq ans plus tard, mourut à son tour. Il pensa alors à entrer à la Trappe de Sainte-Marie-du-Mont, mais on le refusa. Une dame tertiaire franciscaine lui révéla alors une autre voie et, renonçant à son commerce et à la main d’une riche héritière, il entra au collège d’Hazebrouck (1852). De là il parcourut les étapes ordinaires de la vie franciscaines: vêture (1864), profession solennelle (1868), diaconat (1869), sacerdoce.

À peine célébrée sa première messe, aumônier militaire, il doit se pencher, à l’Hôpital de Bourges, sur les blessés de la guerre franco-allemande (1870). Supérieur du couvent de Bordeaux (1873), il demande à être envoyé en Terre-Sainte (1876). Il y prêche des retraites aux communautés et remet en honneur, à Jérusalem même, la pratique du chemin-de-la-Croix. Mais de là on l’envoie au Canada travailler à l’établissement d’un commissariat de Terre-Sainte et organiser une quête annuelle pour les Lieux-Saints. Rappelé en Terre-Sainte (1882), il revient définitivement au Canada en 1888 et, après avoir partout prêché et multiplié faveurs et miracles, il meurt épuisé au Couvent de la rue Dorchester, à Montréal, le 4 août 1916.

Les Récollets – religieux réformés de l’Ordre de saint François – avaient été les premiers missionnaires venus au Canada (1615). Après l’incendie de leur couvent de Québec, en 1796, ils n’eurent plus, sous occupation britannique, la faculté de se recruter et disparurent, pour n’y être rétablis canoniquement qu’en 1890. Les missions canadiennes auprès des Amérindiens leur devaient beaucoup, car c’étaient eux qui en avaient ouvert la voie aux Jésuites, les initiant aux langues amérindiennes et à la rude vie en forêt. Le Tiers-Ordre franciscain avait cependant survécu à cette disparition et l’arrivée du Frère Frédéric l’attisa de nouveau. Son premier sermon, prononcé à Saint-Roch de Québec, causa un grand remuement et on vit, par la suite, des paroisses entières prendre l’habit et revêtir l’esprit de saint François, que le Frère Frédéric semblait incarner dans son corps fragile et dans une parfaite attitude de pauvreté et de pénitence.

La prédication du Rosaire, du Chemin-de-la-Croix, grâce à ce passionné des Lieux-Saints, prit un caractère plus concret et prépara les esprits au renouveau des études bibliques qui allaient suivre. Il a été béatifié par le pape Jean-Paul II le 25 septembre 1988.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aventure spirituelle

Les autres chroniques du mois