Patristique,

Responsable de la chronique : Gustave Nsengiyumva, o.p.
Patristique

Action de grâce des nouveaux baptisés

Imprimer Par Saint Jérome

bapteme-adulte-catechumene

Homélie se saint Jérome sur le psaume 41

Comme un cerf altéré cherche l’eau vive, ainsi mon âme te désire, ô mon Dieu. Nos baptisés sont pareils à des cerfs qui cherchent l’eau vive : abandonnant l’Égypte et le monde, ils ont mis à mort Pharaon qui s’est noyé dans la mer, et ils ont tué toute son armée dans le bain du baptême ; après l’écrasement du démon, ils désirent les sources de l’Église : le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

Sur le Père, qui est une source, il est écrit dans Jérémie : Ils m’ont délaissé, moi, la source d’eau vive, et ils se sont creusé des citernes lézardées, qui ne gardent pas l’eau. Sur le Fils, il y a ce passage : Ils ont abandonné la source de la sagesse. Et sur le Saint-Esprit :Celui qui boira de l’eau que je lui donnerai, il jaillira en lui une source jaillissante pour la vie éternelle. Cette parole se comprend aussitôt, puisque l’Évangéliste nous dit que le Sauveur parlait alors du Saint-Esprit. Par ces textes, il est prouvé avec la plus grande évidence que ces trois sources de l’Église correspondent au mystère de la Trinité.

C’est elles que désire l’âme du croyant, c’est elles que désire l’âme du baptisé, lorsqu’elle dit : Mon âme a soif de Dieu, la source vive. Elle ne s’est pas contentée d’une velléité de voir Dieu ; elle l’a désiré de toute son ardeur, elle a eu soif de toute sa brûlure. Avant de recevoir le baptême, les catéchumènes se disaient entre eux : Quand pourrai-je m’avancer et paraître devant la face de Dieu ? Voici réalisé ce qu’ils demandaient; ils se sont avancés et ils se sont tenus devant la face de Dieu, ils ont paru devant l’autel et devant le mystère du Sauveur.

Admis à recevoir le corps du Christ et renés dans la source vivifiante, ils disent avec confiance : Je passerai jusqu’à la tente admirable, jusqu’à la maison de Dieu. La maison de Dieu, c’est l’Église ; c’est elle la tente admirable, car elle est la demeure des cris de joie et de louange, de la multitude en fête. ~

Vous qui avez maintenant revêtu le Christ, vous qui suivez notre direction, comme les petits poissons suivent l’appât, laissez-vous soulever par la parole de Dieu hors des flots de ce monde et parlez donc ainsi : « En nous, les lois de la nature sont changées. Car lorsque les poissons sont tirés hors de la mer, ils meurent. Mais nous, les Apôtres nous ont tirés de la mer de ce monde pour que nous passions de la mort à la vie. Tant que nous étions dans le monde, nos regards se perdaient dans les bas-fonds, notre vie se passait dans la vase. Maintenant que nous avons échappé aux flots, nous avons commencé à voir le soleil, à regarder la vraie lumière et, bouleversés par une joie immense, nous disons à notre âme :Espère en Dieu, car je lui rendrai grâce, à lui, mon sauveur et mon Dieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Patristique

Les autres chroniques du mois