Livre du mois,

Responsable de la chronique : Martin Lavoie, o.p.
Livre du mois

Un duo pour la miséricorde : Pape François et Patrice Chocholski

Imprimer Par Martin Lavoie, o.p.

 

9782221192221Pape François, Le nom de Dieu est miséricorde, Éditions Robert Laffont / Presses de la Renaissance, 2016.

Ce livre est le fruit d’une conversation avec Andrea Tornielli, suivi de Misericordiae Vultus, la bulle d’indiction du jubilé extraordinaire de la Miséricorde. Chaque page de ce livre vibre du désir du pape François de toucher les âmes qui cherchent un sens à leur vie, un chemin de paix et de réconciliation, un remède à leurs blessures physiques et morales. Pour le pape François, priorité doit être donnée à cette humanité, inquiète et souffrante, qui demande à être écoutée et non repoussée, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’Église : les pauvres et les exclus, les prisonniers et les prostituées, mais encore les divorcés, les homosexuels. Pour le pape François, l’Église ne doit fermer sa porte à personne.

Patrice Chocholski, Aux sources de la miséricorde. Approche chrétienne, philosophique et interreligieuse. Nouvelle édition revue et augmentés. Éditions Nouvelle Cité, 2015.

9782853134828Qu’est-ce que le christianisme, dans le judaïsme, l’islam, le bouddhisme et l’hindouisme ainsi que chez les grands philosophes? Le livre de P. Chocholski a pour objectif de rendre compte de la foi chrétienne aujourd’hui à partir de la centralité de la miséricorde, noyau de l’Évangile et cœur de l’agir du Christ et de mettre en valeur la richesse scripturaire et théologique de la miséricorde comme manière d’aimer de Dieu. Comme le dit le cardinal Barbarin, dans la préface : «Accepter de se donner pour l’autre malgré et peut-être à cause de ses limites et de son péché, garder la fidélité quoi qu’Il arrive, pardonner dans notre vie de famille, de travail, en Église et dans la communauté internationale … Si nous regrettons de si mal y parvenir, n’est-ce pas le signe que notre cœur est fait pour cela : aimer à la manière de Dieu?»

La miséricorde de Dieu est affirmée dans toutes les grandes religions, dont le concile Vatican II reconnaît qu’elles «apportent souvent un rayon de la vérité qui illumine tous les hommes» (Nostra aetate, 2). L’élargissement à une pluralité d’approches religieuses de la miséricorde nous fait constater une sorte de confession universelle en la miséricorde, mais aussi la reconnaissance pluri-religieuse de traces d’un mystère de la miséricorde dans la vie. La miséricorde divine, présente au cœur des différents livres sacrés, interpelle plus que jamais non seulement l’homme et la femme d’aujourd’hui, mais aussi et surtout la théologie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Livre du mois

Les autres chroniques du mois