Parole et vie,

Responsable de la chronique : Jacques Marcotte, o.p.
Parole et vie

Homélie pour le 3e dimanche T.O. Année C

Imprimer Par Jacques Marcotte, o.p.

La Torah

C’est aujourd’hui!

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 1,1-4.4,14-21.
Beaucoup ont entrepris de composer un récit des événements qui se sont accomplis parmi nous,
d’après ce que nous ont transmis ceux qui, dès le commencement, furent témoins oculaires et serviteurs de la Parole.
C’est pourquoi j’ai décidé, moi aussi, après avoir recueilli avec précision des informations concernant tout ce qui s’est passé depuis le début, d’écrire pour toi, excellent Théophile, un exposé suivi,
afin que tu te rendes bien compte de la solidité des enseignements que tu as entendus.
Lorsque Jésus, dans la puissance de l’Esprit, revint en Galilée, sa renommée se répandit dans toute la région.
Il enseignait dans les synagogues, et tout le monde faisait son éloge.
Il vint à Nazareth, où il avait été élevé. Selon son habitude, il entra dans la synagogue le jour du sabbat, et il se leva pour faire la lecture.
On lui remit le livre du prophète Isaïe. Il ouvrit le livre et trouva le passage où il est écrit :
« L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs leur libération, et aux aveugles qu’ils retrouveront la vue, remettre en liberté les opprimés,
annoncer une année favorable accordée par le Seigneur. »
Jésus referma le livre, le rendit au servant et s’assit. Tous, dans la synagogue, avaient les yeux fixés sur lui.
Alors il se mit à leur dire : « Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre. »

COMMENTAIRE

Une fois n’est pas coutume. Au lieu de commenter l’Évangile, je vais m’attarder avec vous sur chacune des lectures. Elles nous instruisent sur des points importants de notre vie chrétienne. Nous serons brefs.

D’abord au Livre de Néhémie il nous est rapporté comment on a retrouvé un document précieux dont on fait grand cas lors d’une lecture solennelle. Il s’agit du livre de la Loi. Sa lecture donne joie et espérance au peuple à l’époque troublée où il se trouve. Cet événement nous rappelle de façon émouvante l’importance de la Parole de Dieu pour notre vie en Église. Elle nous parle au cœur. Comme autrefois sur la route au soir de Pâques. « Notre cœur n’était-il pas tout brûlant tandis qu’il nous parlait des écritures », constatent les disciples d’Emmaüs.

Quand je prépare des baptêmes, des mariages, des funérailles, ou même une messe avec des gens, je trouve important de nous attarder sur la parole qui sera proclamée lors de la célébration. Cette parole nous rassemble, elle réchauffe nos cœurs, elle illumine nos esprits, elle nous instruit. Elle donne du sens à ce que nous allons vivre et elle nourrit notre foi.

Or c’est tout le peuple de Dieu qui est dépositaire de cette parole. En effet, l’Église de Dieu n’est pas une organisation comme une autre. S.Paul nous le rappelle dans sa 1ère lettre aux Corinthiens. L’Église c’est l’assemblée de ceux qui sont au Christ par la foi et le baptême. Ils forment ensemble le corps du Christ. Les membres de ce corps sont nombreux et différents, mais ils sont unis les uns aux autres. Ils ne sont pas en compétition; ils sont en complémentarité et ils s’harmonisent pour ne faire qu’un corps. Tous les membres sont importants. Des fois nous pensons que l’Église c’est le pape, les évêques, ou les prêtres tout seuls. Et que nous n’avons qu’à suivre. Ce n’est pas vrai. Les ministres dans l’Église sont au service de la communauté, de tous et de chacun. Et ce qui compte c’est l’Église en sa totalité, c’est chacun et chacune de ses membres, ceux qui croient au Christ et qui ont part à sa vie par les sacrements, la prière, les œuvres de charité, le devoir d’état accompli, le service de la justice, de la miséricorde et de la fraternité.

Passons à l’évangile du jour, où S. Luc nous raconte l’entrée en scène de Jésus de Nazareth. Il en est encore à ses débuts de vie publique, tout juste après son baptême et son épreuve au désert. Voici que, poussé par l’Esprit, Jésus revient dans son village. Comme c’est le Sabbat, il va à la synagogue. Après avoir lu un passage du prophète Isaïe, il ferme le livre, le rend au servant, il s’assit. Tout le monde le regarde. Que va-t-il dire? Voici qu’il prononce des mots décisifs : « Cette parole de l’Écriture que vous venez d’entendre, c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit. » Cet aujourd’hui dont il parle nous signifie que désormais et pour toujours Jésus le Christ est celui que l’Esprit Saint a consacré par l’onction, qu’il est celui que le Père a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer la liberté aux prisonniers, apporter la lumière aux aveugles, la libération aux opprimés, annoncer pour tous un temps de bienfaits de la part du Seigneur. Jésus prend tout ça sur lui. Il inaugure à ce moment le vaste chantier de l’accomplissement des promesses de Dieu. Son œuvre est en cours. C’est AUJOURD’HUI… Nous y sommes. Nous y avons part. Que cette parole nous donne joie et confiance : Dieu accomplit en Jésus ses promesses. Soyons donc avec lui dans ce Royaume en train d’advenir!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Parole et vie

Les autres chroniques du mois