Aventure spirituelle,

Responsable de la chronique : Jacques Marcotte, o.p.
Aventure spirituelle

Homélie pour la Fête du Corps et du Sang du Seigneur

Imprimer Par Jacques Marcotte, o.p.

eucharistiebien

Les mots et les gestes qui font l’Eucharistie

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 14,12-16.22-26. 
Le premier jour de la fête des pains sans levain, où l’on immolait l’agneau pascal, les disciples de Jésus lui disent : « Où veux-tu que nous allions faire les préparatifs pour que tu manges la Pâque ? »
Il envoie deux de ses disciples en leur disant : « Allez à la ville ; un homme portant une cruche d’eau viendra à votre rencontre. Suivez-le,
et là où il entrera, dites au propriétaire : “Le Maître te fait dire : Où est la salle où je pourrai manger la Pâque avec mes disciples ?”
Il vous indiquera, à l’étage, une grande pièce aménagée et prête pour un repas. Faites-y pour nous les préparatifs. »
Les disciples partirent, allèrent à la ville ; ils trouvèrent tout comme Jésus leur avait dit, et ils préparèrent la Pâque.
Pendant le repas, Jésus, ayant pris du pain et prononcé la bénédiction, le rompit, le leur donna, et dit : « Prenez, ceci est mon corps. »
Puis, ayant pris une coupe et ayant rendu grâce, il la leur donna, et ils en burent tous.
Et il leur dit : « Ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, versé pour la multitude.
Amen, je vous le dis : je ne boirai plus du fruit de la vigne, jusqu’au jour où je le boirai, nouveau, dans le royaume de Dieu. »
Après avoir chanté les psaumes, ils partirent pour le mont des Oliviers.

COMMENTAIRE

Aujourd’hui c’est la fête du S. Sacrement du Corps et du Sang du Seigneur. Nous célébrons la merveille de Dieu qui fait alliance, qui se donne pour faire de nous le peuple de ses enfants. Dieu lui-même se fait nourriture sur le chemin de sa vie avec nous.  Nous célébrons dans la joie la réelle présence de Dieu dans l’eucharistie.

Je voudrais vous faire remarquer comment le Seigneur nous prépare à prendre au sérieux les mots qu’il prononce sur le pain et le vin lors de ce dernier repas qu’il prend avec ses disciples. Quand Jésus parle, il dit vrai. Et il nous en donne la preuve peu de temps auparavant quand il envoie deux disciples préparer la salle de son repas pascal. Il prévoit à l’avance les détails et les circonstances qui ne vont pas manquer de se produire. De fait tout se passe exactement comme il leur avait d’avance annoncé. « Les disciples partirent, allèrent en ville; tout se passa comme Jésus le leur avait dit ».

Il me semble qu’il faut voir là le souci du Seigneur de nous faire admettre que sa parole est vraie quand il parle. Aussi, quand il dit plus tard en prenant le pain : « Prenez, ceci est mon corps. » ou en prenant la coupe : « Ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, répandu pour la multitude. », Jésus fait ce qu’il dit. Le Seigneur accomplit ce qu’il annonce. Le pain et le vin de la messe deviennent alors chargés pour nous d’une valeur nouvelle.  Ils sont porteurs du Christ qui se donne et se révèle à nous dans notre assemblée croyante réunie « pour faire mémoire de lui comme il nous a dit de le faire ».

Quand les prêtres prononcent les paroles de Jésus, au cours de la messe, ils produisent ce qu’ils disent au nom du Christ. C’est le moyen que le Seigneur a voulu prendre pour nous rejoindre effectivement aujourd’hui. Accueillons cette merveille dans la joie de notre foi.

Il y a quatre ans, c’était la Fête-Dieu, le dimanche 26 juin. À l’Église St-Dominique de Québec, nous avons solennellement inauguré ce jour-là une chapelle d’adoration du Saint-Sacrement. Il y avait en ville d’autres chapelles d’adoration, mais chez nous c’était nouveau. Cette petite chapelle fut installée dans le baptistère à l’entrée de l’église. Depuis ce temps des adorateurs se sont relayés pendant les jours de semaine, d’heure en heure. Ce projet est toujours en cours. Et je pense qu’on en a tiré un grand bénéfice spirituel. Je suis plein de gratitude pour tous les adorateurs, adoratrices qui viennent veiller auprès du Saint-Sacrement, de semaine en semaine. Ce sont des amoureux du Seigneur. Ils font un beau cadeau à leurs frères et sœurs par leur présence assidue auprès de Celui qui s’est fait si proche de nous. Ils apportent beaucoup par leur service d’adoration, leur instance d’intercession. Cette belle fidélité dans la prière a valu des bénédictions à notre milieu, j’en suis certain. Ce témoignage est précieux. Il nous ouvre à chacun, chacune un chemin de spiritualité. Il nous encourage à tenir là où nous sommes dans notre vocation d’amour, dans notre service de miséricorde, dans notre mission de paix. On juge l’arbre à ses fruits. Des fruits, il y a en a beaucoup déjà. Et il y en aura encore.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aventure spirituelle

Les autres chroniques du mois