Parole et vie,

Responsable de la chronique : Jacques Marcotte, o.p.
Parole et vie

27e dimanche du temps ordinaire. Année A

Imprimer Par Jacques Marcotte, o.p.

Qu’avez-vous fait de ma vigne?

195__400x300_03-vineyard-parable_0

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 21,33-43.
Jésus disait aux chefs des prêtres et aux pharisiens : « Écoutez cette parabole : Un homme était propriétaire d’un domaine ; il planta une vigne, l’entoura d’une clôture, y creusa un pressoir et y bâtit une tour de garde. Puis il la donna en fermage à des vignerons, et partit en voyage
Quand arriva le moment de la vendange, il envoya ses serviteurs auprès des vignerons pour se faire remettre le produit de la vigne.
Mais les vignerons se saisirent des serviteurs, frappèrent l’un, tuèrent l’autre, lapidèrent le troisième.
De nouveau, le propriétaire envoya d’autres serviteurs plus nombreux que les premiers ; mais ils furent traités de la même façon.
Finalement, il leur envoya son fils, en se disant : ‘Ils respecteront mon fils. ‘
Mais, voyant le fils, les vignerons se dirent entre eux : ‘Voici l’héritier : allons-y ! tuons-le, nous aurons l’héritage ! ‘
Ils se saisirent de lui, le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent.
Eh bien, quand le maître de la vigne viendra, que fera-t-il à ces vignerons ? »
On lui répond : « Ces misérables, il les fera périr misérablement. Il donnera la vigne en fermage à d’autres vignerons, qui en remettront le produit en temps voulu. »
Jésus leur dit : « N’avez-vous jamais lu dans les Écritures : La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre angulaire. C’est là l’œuvre du Seigneur, une merveille sous nos yeux !
Aussi, je vous le dis : Le royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à un peuple qui lui fera produire son fruit.

COMMENTAIRE

La parabole d’aujourd’hui raconte un peu nos histoires, nos sagas individuelles ou nos sagas collectives, en Église ou autrement. Dieu avait préparé de belles choses pour nous. Il nous avait même établis jadis dans son jardin de liberté et d’amour. Il nous avait installés dans la confiance comme en un premier effet de son geste créateur. Il nous a confié ce qu’il avait de plus précieux sa Vigne : le lieu parfait de la communion et du partage avec lui. Il a pris cette chance avec nous.

Malheureusement la beauté et les merveilleuses ressources de la Vigne nous ont tourné la tête. Nous en avons fait chaque jour notre affaire. Nous n’aimions pas rendre des comptes.

Nous sommes devenus d’habiles et d’avides profiteurs, nous comportant en propriétaires d’une réalité qui ne nous appartenait pas vraiment. Notre attitude a compromis pour un temps la récolte. L’orgueil est toujours dévastateur. À force de résister et de contester, nous avons tout chambouler avec le risque de nous détruire nous-mêmes.

Dieu pourtant ne s’est pas résigné à nous abandonner sa Vigne. Il a fait jusqu’à l’impossible pour nous tirer du malheur où nous nous étions mis par notre faute en voulant jouer au grand seigneur.

Voilà qu’en sauvant son ouvrage, il nous tirés de la révolte chronique et de l’égoïsme bête où nous étions enfermés. Il fallait que cesse nos manœuvres mesquines.

Quand tout aura été rasé et brûlé de nos péchés, il restera la base, la fondation sur quoi bâtir du neuf avec nous. Il restera notre pauvreté, notre amour, sur quoi Dieu peut bâtir du neuf pour nous.

Car la vengeance et la punition, ce n’est pas ce qui intéresse Dieu, ce n’est pas son fort. Il est bien plutôt fidèle à son rêve. Il est fidèle à son amour de toujours. Il nous a finalement tout livré de lui-même, jusqu’à son propre fils.

Dieu attend notre réponse enthousiaste et généreuse, et la merveille maintenant sera plus merveilleuse encore qu’il n’en était au début. Notre communion et notre paix seront désormais bâties sur du solide, sur une pierre d’angle, qui est le Fils ressuscité, et la Vigne magnifique, c’est nous avec lui, lui avec nous.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Parole et vie

Les autres chroniques du mois