Spiritualité 2000 met à votre disposition 22 années d’archives, soit près de cinq mille articles. Un grand merci à tous nos artisans qui ont su rendre possible cette aventure ayant rejoint des millions d’internautes.

Parole et vie,

Responsable de la chronique : Dominique Charles, o.p.
Parole et vie

Solennité du Christ Roi de l’univers

Imprimer Par Dominique Charles, o.p.

Le Roi a caché sa gloire pour être accessible à tous

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 23,35-43. 
On venait de crucifier Jésus, et le peuple restait là à regarder. Les chefs ricanaient en disant : « Il en a sauvé d’autres : qu’il se sauve lui-même, s’il est le Messie de Dieu, l’Élu ! »
Les soldats aussi se moquaient de lui. S’approchant pour lui donner de la boisson vinaigrée,
ils lui disaient : « Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même ! »
Une inscription était placée au-dessus de sa tête : « Celui-ci est le roi des Juifs. »
L’un des malfaiteurs suspendus à la croix l’injuriait : « N’es-tu pas le Messie ? Sauve-toi toi-même, et nous avec ! »
Mais l’autre lui fit de vifs reproches : « Tu n’as donc aucune crainte de Dieu ! Tu es pourtant un condamné, toi aussi !
Et puis, pour nous, c’est juste : après ce que nous avons fait, nous avons ce que nous méritons. Mais lui, il n’a rien fait de mal. »
Et il disait : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras inaugurer ton Règne. »
Jésus lui répondit : « Amen, je te le déclare : aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis. »

larron

COMMENTAIRE

En ce dernier dimanche de l’année liturgique, l’Église nous invite à fêter la royauté de Jésus, en choisissant comme évangile de cette fête celui de Jésus en croix ! Elle nous fait ainsi comprendre que c’est le roi de gloire, « le bienheureux et unique Souverain, le Roi des rois et Seigneur des seigneurs » (1Tm 6,15 ; Ap 17,14 et 19,16 ; cf. Dt 10,17), le roi de l’univers, qui trône sur le bois de la Croix. Ce roi de dérision vient renverser toute nos images sur Dieu. Il n’est pas étonnant qu’il ait quelque peu déçu Judas qui avait certainement cru, en le suivant, qu’il allait bénéficier d’une bonne place dans son Royaume.

Souvenez-vous de cette demande un peu naïve que Jacques et Jean font un jour à Jésus : ils veulent siéger à côté de lui dans sa gloire. Dans saint Matthieu, c’est la maman qui fait cette demande, comme si l’évangéliste avait voulu les excuser en faisant retomber la responsabilité de la question sur la maman des deux frères : « ordonne que dans ton Royaume mes deux fils siègent l’un à ta droite et l’autre à ta gauche » (Mt 20,21). C’est bien notre rêve à tous.

Mais voilà que le roi de gloire a décidé de descendre de son trône pour venir siéger au milieu de ses sujets. Il a décidé d’habiter avec eux et de partager leur condition. Il a quitté son trône pour venir s’asseoir à la table des pécheurs pour les servir et leur laver les pieds. Il n’a pas considéré sa condition divine, il s’est abaissé pour partager notre vie jusque dans les ténèbres de la souffrance et de la mort. Le Roi a caché sa gloire ! Seuls des croyants l’ont entrevue : au moment de la Transfiguration, dans les signes qu’il a faits, dans la lumière de Pâque.

Pour les croyants, le grand mystère de l’identité royale de Jésus se dévoile à la croix. Ceux qui siègent à la droite et à la gauche du « Roi des Juifs », selon ce qui fut écrit sur l’écriteau, ce sont deux larrons et non deux apôtres. La plus extraordinaire prière humaine, la prière la plus bouleversante, n’est-elle pas celle que le larron adresse au Roi crucifié ? « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras dans ta royauté ». Ce larron fait cette prière parce qu’il croit en la royauté de Jésus. S’il fait cette demande en son nom, chacun de nous la fait avec lui. La réponse qu’il obtient est aussi destinée à chacun de nous : « Je suis venu pour être avec vous », semble en effet murmurer Jésus, « sois donc sans crainte, toi qui es avec moi, tu seras aussi avec moi dans le royaume. »

La prière de Jacques et Jean est réalisée pour cet homme dont nous ne connaissons même pas le nom. Arraché au pouvoir des ténèbres, il est transféré dans le Royaume du Fils bien-aimé… Rappelons-nous cette affirmation de Jésus à Pilate dans l’évangile de Jean : « Ma royauté n’est pas de ce monde ! » ; et Pilate de questionner Jésus : « donc tu es roi ? » Oui, il est Roi ! Le roi le plus proche de nous tous. Il connaît chacun de nous par notre nom. Il connaît ses brebis et ses brebis le connaissent. Il n’habite pas dans les palais, son trône est sur la croix ! Il n’est pas vêtu de beaux vêtements, il y trône, dépouillé de ses vêtements !

C’est dans le mystère de ce Roi crucifié que s’exprime la bonne nouvelle de Dieu ! Pour reprendre les mots de saint Paul, voilà l’incroyable « folie de Dieu » qui s’exprime dans le « langage de la Croix ». Le secret de Jésus réside en ceci : il a caché sa condition divine pour se faire l’un de nous, pour devenir un roi accessible à ceux qui reconnaissent en lui ce roi dont la gloire n’est perceptible qu’à ceux qui croient en lui. Le mystique Rhénan du 17e siècle, Angélus Silesius, a pu écrire ces mots inoubliables qui résument tout :

Que Dieu soit mis en croix ! Qu’on puisse Le frapper !

Qu’il supporte l’outrage à Lui-même infligé !

Qu’Il éprouve l’angoisse ! Et qu’Il puisse mourir !

Ne t’en étonne pas, l’amour l’a inventé.

Les rois de la terre sont considérés comme des personnages qui sont au-dessus de leur peuple, ils sont des gens qu’on ne peut ni côtoyer, ni même approcher. Jésus, le roi de l’univers ne fait pas nombre avec les monarques humains : eux, ils sont souvent inaccessibles, lui se laisse approcher par tous, les enfants, les pécheurs, les malades, les pauvres, et même les condamnés à mort ; les rois sont habituellement riches, lui s’est fait pauvre pour nous enrichir de sa pauvreté ; les rois vivent à l’écart, dans des palais, lui a choisi de naître dans une étable pour laisser venir à lui les plus pauvres ; les rois sont assis sur leur trône avec des vêtements magnifiques, lui siège totalement dépouillé de ses vêtements, simplement avec une couronne d’épines. Comme nous y invite la deuxième lecture, rendons grâce à Dieu notre Père qui nous appelle à faire partie de son peuple saint en nous arrachant au pouvoir des ténèbres pour nous faire entrer dans le Royaume de son Fils bien-aimé, par qui nous sommes rachetés et par qui nos péchés sont pardonnés ! Gloire à Jésus, le roi de l’univers, notre Roi !

Christ-Roi_theme_image

Fr. Dominique CHARLES, o.p.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Parole et vie

Les autres thèmes