Patristique,

Responsable de la chronique : Gustave Nsengiyumva, o.p.
Patristique

Prologue du commentaire d’Isaïe

Imprimer Par Saint Jérome

En accomplissant une promesse faite à Paula, j’obéis aux préceptes du Christ qui dit : Scrutez les Écritures, et aussi : Cherchez, et vous trouverez. Je ne veux pas qu’il me dise, comme aux Juifs : Vous êtes dans l’erreur, parce que vous méconnaissez les Écritures et la puissance de Dieu. Si, selon l’Apôtre Paul, le Christ est puissance de Dieu et sagesse de Dieu, et si celui qui méconnaît les Écritures méconnaît la puissance de Dieu et sa sagesse : ignorer les Écritures, c’est ignorer le Christ. ~

J’imiterai donc le père de famille qui tire de son trésor du nouveau et de l’ancien, et aussi l’épouse qui dit, dans le Cantique des cantiques : Les fruits nouveaux, comme les anciens, je les ai gardés pour toi. Et c’est ainsi que je commenterai Isaïe ; je l’enseignerai comme étant non seulement un prophète, mais un évangéliste et un apôtre. Il a dit de lui-même, en effet, comme des autres évangélistes : Qu’ils sont beaux, les pieds de ceux qui annoncent de bonnes nouvelles, qui annoncent la paix. Et Dieu lui parle comme à un apôtre : Qui enverrai-je vers ce peuple ? Et Isaïe répond : Me voici, envoie-moi.

Personne ne doit croire que je désire résumer brièvement le contenu de ce livre, car le texte en question embrasse tous les mystères du Seigneur : il annonce l’Emmanuel né de la Vierge ; il prédit qu’il accomplira des œuvres et des signes éclatants ; mort et enseveli, ressuscitant du séjour des morts, il sera le Sauveur de toutes les nations. Vais-je parler de physique, de morale et de logique ? Tout ce qu’il y a dans les saintes Écritures, tout ce que la parole humaine peut exprimer et tout ce que peut assimiler l’intelligence des mortels, est contenu dans ce livre. Celui qui l’a écrit témoigne lui-même de tous ces mystères : Toute vision est devenue pour vous comme les paroles d’un livre scellé. On le donne à quelqu’un qui sait lire, en lui disant : « Lis cela ». Et il répond : « Je ne peux pas, parce que le livre est scellé. » Ou bien on le donne à quelqu’un qui ne sait pas lire, en lui disant : « Lis cela ». Il répond : « Je ne sais pas lire. » *~

Écoutez ce que dit saint Paul : Que deux ou trois prophètes prennent la parole, et que les autres jugent. Si un assistant reçoit une révélation, celui qui parle doit se taire. Comment pourra-t-il se taire, puisque le Saint-Esprit, qui parle par les prophètes, est libre de se taire ou de parler ? Si donc ils comprenaient ce qu’ils disaient, c’est que tout est plein de sagesse et de raison. Ce n’est pas la vibration de l’air qui parvenait à leurs oreilles, mais c’est Dieu qui parlait dans l’esprit des prophètes, selon ce que dit un autre prophète : C’est un ange qui me parlait. Et aussi : Ils crient dans nos cœurs : Abba, Père. Et encore : J’écouterai ce que dira en moi le Seigneur Dieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Patristique

Les autres chroniques du mois