Patristique,

Responsable de la chronique : Gustave Nsengiyumva, o.p.
Patristique

L’Eucharistie au deuxième siècle de l’Église

Imprimer Par La Didachè

Il n’est guère de découverte qui suscita plus d’intérêt que celle qui permit au métropolite Bryennios de retrouver, en 1873 dans une bibliothèque de Constantinople, le précieux petit livre intitulé Didachè, ou Doctrine des douze apôtres. Ce livre anonyme fut tellement apprécié des premiers chrétiens qu’il fut parfois tenu pour inspiré. Son auteur n’est pas connu. Il a dû voir le jour entre 100 et 150, vraisemblablement dans la région syrienne. C’est une sorte de catéchisme à l’usage des fidèles, composé de textes divers, préexistants à l’état dispersé, concernant la morale chrétienne, la hiérarchie ecclésiastique, les fêtes liturgiques, l’administration du baptême et de l’eucharistie. Nous y trouvons l’image de la vie chrétienne au IIe siècle et la collection de législation ecclésiastique la plus ancienne qui servit de base à toutes les autres. (Source : La Didachè. Ichtus 1 (1957). Traduction et notes d’A.-G. Hamman.)

didache

Quant à l’eucharistie, faites ainsi vos actions de grâce. D’abord pour la coupe : “Nous Te rendons grâce, notre Père, pour la sainte vigne de David Ton serviteur que Tu nous a fait connaître par Jésus Ton Enfant. A Toi la gloire pour les siècles.”Pour la fraction du pain : “Nous Te rendons grâces, notre Père, pour la vie et la connaissance que Tu nous a révélés par Jésus Ton Enfant. A Toi la gloire pour les siècles.De même que ce pain rompu était dispersé sur les collines et que, rassemblé, il est devenu un (seul tout), qu’ainsi soit rassemblée ton Eglise des extrémités de la terre dans Ton Royaume.Car à Toi sont la gloire et la puissance par Jésus-Christ pour les siècles. “Que personne ne mange ni ne boive de votre eucharistie sinon ceux qui ont été baptisés au nom du Seigneur; car c’est à ce sujet que le Seigneur a dit : Ne donnez pas ce qui est saint aux chiens.

Après vous être rassasiés, rendez grâces ainsi : “Nous te rendons grâces, Père saint, pour ton saint Nom que tu as fait habiter dans nos coeurs et pour la connaissance et la foi et l’immortalité que tu nous as révélées par Jésus Ton Enfant. A Toi la gloire pour les siècles.C’est Toi, Maître tout puissant, qui a créé toutes choses à cause de Ton Nom, qui as donné la nourriture et le breuvage aux hommes pour qu’ils en jouissent, afin qu’ils te rendent grâces. Mais à nous tu as daigné accorder une nourriture et un breuvage spirituels et la vie éternelle par Ton Enfant. Avant toutes choses nous Te rendons grâces parce que Tu es puissant; à Toi la gloire pour les siècles.Souviens-Toi, Seigneur, de Ton Eglise, pour la délivrer de tout mal et la rendre parfaite dans Ton amour et rassemble-la des quatre vents, elle que tu as sanctifiée, dans Ton royaume que Tu lui as préparé, car à Toi sont la puissance et la gloire pour les siècles.Que la grâce arrive et que ce monde passe ! Hosanna au Fils de David ! Si quelqu’un est saint, qu’il vienne; s’il ne l’est pas, qu’il se repente. Maran atha. Amen.”

Chaque dimanche, vous étant assemblés, rompez le pain et rendez grâces, après vous être mutuellement confessé vos transgressions, afin que votre sacrifice soit pur. Mais que quiconque a un dissentiment avec son prochain ne se joigne pas à vous jusqu’à ce qu’ils se soient réconciliés, afin que votre sacrifice ne soit pas profané. Car voici l'(offrande) dont a parlé le Seigneur : “En tout temps et en tout lieu on me présentera une offrande pure, car je suis un grand roi, dit le Seigneur, et mon Nom est admirable parmi les nations.” (Malachie)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Patristique

Les autres chroniques du mois