Patristique,

Responsable de la chronique :
Patristique

Homélie à la louange de saint Paul

Imprimer Par Jean Chrysostome

La prison où demeurait saint Paul était pour lui comme le ciel même, et il accueillait les blessures des fouets avec plus de plaisir qu’on ne saisit le prix remporté à la course ; il n’aimait pas moins ses épreuves que des récompenses, car il les considérait comme des récompenses, et c’est pour cela qu’il les appelait une grâce. Remarquons-le c’était une récompense que s’en aller pour être avec le Christ ; tandis que demeurer dans ce monde, c’était le combat ; et pourtant, il dit qu’il préfère à la récompense le combat, qui est plus nécessaire. Être maudit, séparé du Christ, c’était cela le combat et l’épreuve, c’était même bien davantage ; être avec lui, c’était la récompense. Mais, à cause du Christ, Paul a choisi le combat plutôt que la récompense.

On dira peut-être que tout cela lui était doux, à cause du Christ. Je le reconnais aussi, car ce qui est pour nous cause de tristesse produisait en lui un grand plaisir. Mais peu importent les dangers et les autres misères. Il se trouvait dans cette tristesse continuelle qui lui fait dire : Qui est faible sans que je sois faible ? Qui vient à tomber sans qu’un feu me brûle ? ~

Je vous exhorte à ne pas admirer seulement, mais aussi à imiter ce modèle de vertu, car c’est ainsi que nous pourrons participer à sa victoire.

Si tu es étonné d’entendre dire qu’il suffit de suivre le même chemin pour obtenir le même succès, écoute-le parler de lui-même : Je me suis bien battu, j’ai tenu jusqu’au bout de la course, je suis resté fidèle. Je n’ai plus qu’à recevoir la récompense du vainqueur ; dans sa justice, le Seigneur, le juge impartial, me la remettra en ce jour-là. Non pas seulement à moi, mais aussi à ceux qui désirent sa venue. Tu vois comment il nous appelle tous à partager son sort. Et puisque cela est offert à tous, nous devons tous nous efforcer de mériter ces biens qui nous sont promis.

Ne regardons pas seulement en saint Paul l’éminence et l’ampleur de ses hauts faits, mais aussi la vigueur de son désir qui l’a fait parvenir à une telle grâce, alors qu’il est de la même nature que nous, partageant avec nous toutes ses ressources. Ainsi les exploits les plus ardus nous paraîtront faciles et doux et en peinant pendant cette vie brève, nous parviendrons à remporter la couronne impérissable et immortelle par la grâce et la bonté de Jésus Christ notre Seigneur, à qui appartiennent gloire et puissance, maintenant et toujours et pour les siècles des siècles. Amen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Patristique

Les autres chroniques du mois