Nous deux,

Responsable de la chronique :
Nous deux

Le mariage en 3 « P »

Imprimer Par Caroline Pinet

Un prêtre, un jour, donnait une retraite pour les couples sur le mariage. Il insistait fortement sur les 3 « P » du mariage, c’est-à-dire : parler, pardonner et prier. « Sans cela, disait-il, le couple traversera difficilement le temps. » Une recette simple, qui semble tenir de la formule des magazines en vogue qui inondent leurs colonnes avec des articles peu profonds. Elle tient pourtant de la sagesse qui a sillonné le temps. Ces trois « P » sont en quelque sorte les piliers de l’amour. Ceux sur lesquels on peut s’appuyer en tout temps pour appuyer la structure de notre amour.

On sait tous aujourd’hui que la communication dans un couple est essentielle. Il faut donc se parler. Moins on se parle, moins on trouvera de sujets à discuter… Mais s’il faut entretenir la communication, toute parole n’est pas forcément communication! On peut parler pour ne rien dire, et ne jamais aller en profondeur. On peut passer à côté de l’essentiel, ne sachant pas comment dire ce qui nous habite à l’autre. Puis il faut trouver le temps pour se parler. Dans nos horaires surchargés, s’asseoir pour parler n’est pas toujours évident. Mais quand on a l’habitude de communiquer ensemble, on trouve toujours ces moments pour se retrouver, car ils sont ressourçant.

Doit-on tout se dire? Il ne s’agit pas d’une enquête sur l’autre, mais d’un moment de partage, d’échange. Il est donc normal de ne pas tout connaître de l’autre! Et c’est même heureux d’avoir encore à découvrir des sphères inconnues chez l’autre après beaucoup d’années de vie commune. Ma fille de sept ans, qui a perdu sa dent, le crie sur tous les toits à qui veut l’entendre. Mon mari est plus discret sur son quotidien!

Quand on passe du temps ensemble, il est inévitable que l’on se blesse au passage. Que ce soit une parole malheureuse, un oubli, un manquement, l’autre m’a fait mal, et moi aussi je l’ai blessé. Il est impossible d’avancer côte à côte au quotidien sans recourir au pardon. Nous ne pouvons pas nous laisser envahir de sourds reproches qui mineront le quotidien. Mais il est vrai que certaines blessures mettent un certain temps à cicatriser… Le pardon est là pour rappeler à l’autre que je continue ma route avec lui, malgré les cahots de la chaussée. Mais tout en connaissant les nids de poule de la route, nous allons emprunter la voie praticable grâce au pardon.

La prière vient nous donner la force du pardon! Le prêtre en question disaient que beaucoup de couples cessaient la prière commune car ils se mettaient un programme trop audacieux ensemble. Il vaut mieux réciter un « Notre Père » et un « Je vous salue marie » ensemble tous les soirs, main dans la main et y être fidèle. C’est tout simple et cette formule résiste à l’usure du temps. Un des défis de la prière est notamment la fidélité. Or, ces courtes prières nous permettent d’être au rendez-vous sur une base quotidienne. Ensuite, chacun de son côté peut creuser sa vie spirituelle.

Entrer dans le mariage en 3 P ne nécessite aucunes lunettes spéciales, mais bien une disposition du cœur ouverte sur l’autre!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous deux

Les autres chroniques du mois