Billet hebdomadaire,

Responsable de la chronique :
Billet hebdomadaire

Des cadeaux irremplaçables

Imprimer Par Denis Gagnon

Chaque année, à l’occasion du nouvel an, un couple m’envoie ses vœux par la poste. Les souhaits sont toujours accompagnés d’une photo de toute la famille : papa, maman, les trois garçons et la petite dernière. D’une année à l’autre, les photos se ressemblent et manifestent des différences tout à la fois. Les adolescents poussent et s’étirent comme des peupliers. Physiquement, ils changent beaucoup mais j’arrive à les identifier facilement. Ces derniers temps, les parents ont commencé à laisser paraître une ride ou deux.

Je pense aux prochaines photos. J’ai hâte de voir arriver, dans le décor, les amoureuses des garçons, le conjoint de la fille. J’ai surtout hâte de voir apparaître les enfants de la troisième génération. Chaque photo est pleine d’avenir, un avenir que je veux le plus ensoleillé possible.

Je garde toutes les photos comme une précieuse collection. Chaque photo étale l’harmonie, la paix, la bonne entente, le bonheur. Elle ne dit pas tout cependant. Elle ne laisse pas voir les talents artistiques de la petite fille. Rien sur les exploits sportifs du troisième. Elle ne parle pas des difficultés que subit celui-ci ou celui-là dans ses études. Elle ne dit rien des inquiétudes des parents au plan financier.

Mais il y a de la vie dans chacun des personnages. L’histoire de chaque enfant est unique, même si elle rejoint les autres sur plusieurs aspects. Elle grandit en se nourrissant non seulement à la source familiale, mais aussi dans des rencontres sociales, dans le partage de la culture et de l’identité du peuple dont elle constitue un maillon de la grande histoire.

On déploie beaucoup d’énergies et de palabres pour sauvegarder des édifices historiques, des monuments significatifs. Mais la famille demeure le joyau principal du patrimoine d’une nation. Chaque famille est une œuvre d’art plus précieuse encore que le David de Michel-Ange ou que les scènes évangéliques que Fra Angelico a peintes sur les murs du Couvent San Marco à Florence. Chaque famille est à elle seule une bibliothèque dont la richesse dépasse infiniment l’inestimable trésor de la collection «La Pléiade».

Parents, si vous désespérez de vos enfants… enfants, si vous en avez ras-le-bol des exigences de vos géniteurs… ne démissionnez pas trop vite. Il y a de l’amour qui dort ici et là au milieu de vous. Vous êtes les uns pour les autres des cadeaux irremplaçables. Les uns pour les autres, et aussi pour le reste de l’humanité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Billet hebdomadaire

Les autres chroniques du mois