Parole et vie,

Responsable de la chronique : Dominique Charles, o.p.
Parole et vie

5e Dimanche du temps ordinaire. Année C.

Imprimer Par Daniel Cadrin

Itinéraire d’un croyant

Un jour, Jésus se trouvait sur le bord du lac de Génésareth ; la foule se pressait autour de lui pour écouter la parole de Dieu. Il vit deux barques amarrées au bord du lac ; les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets.
Jésus monta dans une des barques, qui appartenait à Simon, et lui demanda de s’éloigner un peu du rivage. Puis il s’assit et, de la barque, il enseignait la foule. Quand il eut fini de parler, il dit à Simon : « Avance au large, et jetez les filets pour prendre du poisson. » Simon lui répondit : « Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre ; mais, sur ton ordre, je vais jeter les filets. » Ils le firent, et ils prirent une telle quantité de poissons que leurs filets se déchiraient. Ils firent signe à leurs compagnons de l’autre barque de venir les aider. Ceux-ci vinrent, et ils remplirent les deux barques, à tel point qu’elles enfonçaient.
A cette vue, Simon-Pierre tomba aux pieds de Jésus, en disant : « Seigneur, éloigne-toi de moi, car je suis un homme pécheur. » L’effroi, en effet, l’avait saisi, lui et ceux qui étaient avec lui, devant la quantité de poissons qu’ils avaient prise ; et de même Jacques et Jean, fils de Zébédée, ses compagnons. Jésus dit à Simon : « Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras. »
Alors ils ramenèrent les barques au rivage et, laissant tout, ils le suivirent.

Encore une histoire de pêche! Elle commence et se termine au bord d’un lac. Elle commence avec une foule qui écoute la parole et elle se termine avec des pêcheurs qui laissent tout pour suivre Jésus. Entre ce début et cette fin, une série d’interactions ont lieu qui nous éloignent du rivage et de la foule, de plus en plus, et finalement nous y ramènent. Mais les pêcheurs qui reviennent, entre-temps, ont été transformés. Certes, leur pêche a été bonne, mais ils abandonnent leur métier! Récit complexe, qui nous parle d’un itinéraire spirituel et de ses étapes, d’une avancée de plus en plus profonde non d’abord sur le lac mais surtout dans l’engagement croyant.

Le récit est rythmé par trois appels de Jésus. Le premier est moins risqué: Jésus demande à Simon de quitter le rivage et d’avancer un peu. Simon n’hésite pas. S’éloignant ainsi de la foule, Jésus et Simon se rapprochent. Le deuxième appel est plus déconcertant: Jésus demande à Simon d’avancer en eau profonde et de jeter les filets. Cette fois-ci, en pêcheur expéri¬menté, Simon indique d’abord sa réticence: on a déjà essayé et cela n’a pas marché! Mais il prend le risque de faire con¬fiance en la parole de Jésus, qu’il appelle Maître. Et, surprise, ce risque porte fruit: la pêche est abondante, inespérée, et Simon doit demander de l’aide. C’est alors que survient le point tournant: à ce point de sa démarche, Simon découvre en Jésus la présence du Dieu vivant qui s’est fait proche de lui. Il en est bouleversé. Ce qui lui arrive le dépasse. Il donne maintenant à Jésus le titre de Seigneur: il reconnaît qu’en Jésus, Dieu vient le visiter. Expérience de foi, expérience transformante, celle d’une révélation du visage de Dieu.

Le récit ne s’arrête pas à ce bouleversement. Un troisième appel se fait entendre qui touche maintenant une mission à recevoir. Jésus appelle Simon à dépasser sa crainte et à deve¬nir pêcheur d’hommes. L’expérience de foi mène à un enga¬gement. Parce que Simon a avancé dans sa découverte de Jésus, une responsabilité lui est confiée, pour poursuivre la mission de Jésus. Simon répond à cet appel et devient disciple de Jésus; il est maintenant pleinement engagé à sa suite. Mais cette réponse est venue au bout d’une démarche, avec ses éta¬pes. Simon est revenu sur le rivage, mais sa vie a changé.

Dans cet itinéraire de Simon, il est intéressant de noter que nous restons toujours dans l’univers du lac et de la pêche, avec une distance prise face à la foule pour que s’établisse la relation entre Simon et Jésus. Et Simon devenu disciple ne cesse pas d’être qui il est, même si sa vie est transformée: il reste un pêcheur. L’expérience acquise, les habiletés dévelop¬pées vont maintenant lui servir dans son apostolat. Jésus lui demande de faire un nouveau travail de pêcheur, car c’est ce que Simon connaît. Ses ressources seront désormais au servi¬ce de l’Évangile. L’image du pêcheur qui jette les filets pour tirer des hommes hors de la mer peut nous sembler étrange. Pour la comprendre, il faut se rappeler l’univers symbolique des Écritures. La mer est lieu de danger et de mort, séjour des forces hostiles. Tirer hors de la mer évoque la réalité du salut, celle d’être sauvé du mal et de la mort.

Ainsi Jésus va chercher Simon et les siens dans leur monde quotidien, celui de leur travail, de leurs habiletés, de leur expé¬rience. C’est là que son appel se fait entendre. Cet appel com¬porte des moments progressifs, depuis le premier contact jusqu’à l’engagement radical, depuis la confiance en la parole d’un Maître jusqu’à la foi en une personne, Jésus le Seigneur. Itinéraire d’un croyant, qui inclut un éloignement de l’anony¬mat de la foule conforme et un rapprochement de la parole et de la personne de Jésus, une saisie de la présence du Dieu vivant en Jésus et une mission qui s’ensuit.

Cet itinéraire peut rejoindre le nôtre, dans l’une ou l’autre de ses étapes. Il peut nous inviter à prendre le risque de la con¬fiance. Peut-être sommes-nous encore sur le rivage, dans la foule, regardant et écoutant cet homme dont la parole est uni¬que mais n’osant encore aller plus loin. Ou comme Simon, sommes-nous prêts à prendre un risque à cause de cette parole, même si nous avons peine à croire qu’une vie abondante peut en surgir. Ou sommes-nous encore dans un moment de boule¬versement, ne sachant comment poursuivre cette expérience. Il est sûr que l’appel de Jésus nous prendra tels que nous som¬mes. C’est avec notre histoire et nos dons que nous nous met¬tons à la suite de Jésus.

La foule se pressait autour de Jésus pour écouter la Parole de Dieu, nous dit Luc au tout début. Ce récit est l’histoire d’une écoute de la Parole, dans toutes ses étapes et toutes ses conséquences. Quand la Parole est vraiment écoutée, elle change une vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Parole et vie

Les autres chroniques du mois