Billet hebdomadaire,

Responsable de la chronique :
Billet hebdomadaire

Partenaires!

Imprimer Par Denis Gagnon

André Comte-Sponville, un philosophe français athée, a écrit : «Croire en Dieu, c’est un péché d’orgueil.» (L’Esprit de l’athéisme. Introduction à une spiritualité sans Dieu, Paris, Albin Michel, 2006, p. 133) Je pense plutôt que la foi en Dieu est un acte d’humilité. En croyant, nous reconnaissons que nous ne sommes pas autosuffisants ni les créateurs des biens qui nous sont confiés. Nous ne sommes même pas les propriétaires de ce qui est mis à notre disposition. Dans notre acte de foi, nous affirmons que notre autonomie ne se confond pas avec l’indépendance.

Par la tâche que nous accomplissons sur cette terre, nous faisons fructifier la création d’un autre. Par nos études en sciences, par nos recherches, nous développons l’œuvre d’un autre. La nature, nous la déployons pour qu’elle atteigne sa pleine maturité mais nous ne l’avons pas inventée. Par nos études en sciences humaines, nous permettons à l’intelligence humaine de produire des cultures qui font la richesse de l’humanité mais ces cultures reflètent avant tout ce que j’ose appeler la «personnalité» de Dieu.

Le livre biblique de la Genèse (1, 28) nous rappelle que nous avons la mission de croître, de nous multiplier sur cette planète. Et même de soumettre cette terre que nous avons reçue pour ainsi dire à l’état sauvage. Nous poursuivons l’œuvre de Dieu dans cet immense chantier des connaissances et des mystères de ce monde. Dans nos découvertes, l’univers livre son secret. Il nous dit aussi que le chantier est infini. Nos avancées nous laissent deviner tout ce qui reste à faire. Les milliers d’années parcourues par l’humanité n’ont pas réussi à nous faire trouver tous les trésors cachés de cet immense domaine dont nous habitons une infime partie.

Nous aménageons la terre pour la rendre de plus en plus habitable. Continuons sans nous arrêter. Soyons fiers de nos réalisations et confiants devant la tâche qu’il reste à faire. N’hésitons pas à déborder hors de la planète. Espérons découvrir d’autres ouvriers sur d’autres planètes, dans d’autres galaxies. Que l’œuvre de Dieu devienne notre œuvre. Nous ne pouvons nous dire propriétaires. Nous ne pouvons nous sentir honteux pour autant. Nous sommes même plus que locataires, nous sommes partenaires!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Billet hebdomadaire

Les autres chroniques du mois