Nous deux,

Responsable de la chronique :
Nous deux

La chance du pardon

Imprimer Par Caroline Pinet

Nous étions deux amies, mariées depuis quelques années chacune de notre côté. Je nous revois cet après-midi-là, attablées dans sa cuisine à discuter. Nous étions en admiration devant le couple que formaient son frère et sa belle-sœur. Tant d’harmonie, jamais de dispute entre eux. Si nous pouvions aussi arriver à dominer ainsi nos caractères afin de rendre nos relations conjugales moins houleuses. Quel était leur secret? Était-ce inné chez eux d’avoir un bon tempérament? Avaient-ils une bonne maîtrise de leurs humeurs?

Sa grand-mère, nonagénaire, assise au bout de la table vint briser nos envolées lyriques en sortant de son mutisme : « Ça ne tiendra pas, ce couple, ça va pas durer… ». Nous nous sommes regardées, ma copine et moi, prises d’un fou rire refoulé. Était-ce une divagation de personne âgée? « Mais grand-mère, pourquoi dis-tu cela? Ils vont si bien ensemble! » La grand-mère reprit la parole en ajoutant : « Ils ne pratiquent pas assez le pardon. » Puis elle est retournée à son silence. À nos yeux d’alors, c’était bien des propos de l’ancien temps!

Nous avions toutes sortes d’arguments pour penser que la vie avait changé et qu’avec le dialogue d’aujourd’hui, les couples ne s’enduraient plus comme autrefois, ils communiquaient et arrivaient à une entente de respect de chacun des individus qui constituent le couple.

Dix années se sont passées suite à cette conversation. Le couple s’est alors séparé, comme l’avait prédit la grand-mère. Tant d’harmonie, jamais de dispute. Mais un jour, un grand conflit qu’ils n’ont pas vu venir et qui les a scindés… « Ils ne pratique pas assez le pardon, » avait-elle dit. Elle avait vu juste.

En fait, le pardon est une chance inouïe pour un couple. Il est parfois difficile de constater nos limites et d’entrer en dispute avec notre époux! Et de voir que cela revient périodiquement. Comment ne pas rêver d’une vie complètement harmonieuse, sans querelle, sans négociation? Quand il n’est pas le pain quotidien, le conflit peut-être salutaire pour le couple dans la mesure où chacun chemine à s’améliorer, mais accueille l’autre avec ses limites. Au cœur de cette difficulté, le pardon devient la porte d’entrée de Dieu dans la relation conjugale. Nous mesurons la portée de nos fautes sous l’éclairage de Dieu et avec humilité sollicitons le pardon de l’autre. L’autre doit puiser dans son amour pour accueillir et pardonner.

Les couples qui « durent » ne sont pas ces couples où l’amour n’existe plus, et qui demeurent ensemble par habitude. Ce sont plutôt ceux qui atteignent un amour profond et humble. Un couple constitué de deux êtres imparfaits, mais qui tendent sans cesse vers Dieu afin de se parfaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous deux

Les autres chroniques du mois