Nous deux,

Responsable de la chronique :
Nous deux

Le mariage

Imprimer Par Jean Vanier

L’union de l’homme et de la femme, la vie avec leurs enfants sont pour la croissance et la guérison de l’un et de l’autre. Ils sont là pour grandir ensemble dans l’amour et le service, vers une maturité humaine, pour s’ouvrir davantage aux autres, au monde, à Dieu.

Cela demande que certaines barrières construites dans la petite enfance, que certaines tendances égoïstes ou égocentriques se brisent progressivement. Cela fait mal. C’est pourquoi, quand l’un ou l’autre, ou tous les deux à la fois commencent à toucher leur angoisse et leurs limites, il y a souffrance et confusion. Mais il ne faut pas fuir ces moments; car il ne faut pas chercher à tout prix à éviter les difficultés et les angoisses car on empêcherait ainsi l’approfondissement et la croissance; on empêcherait la guérison.

Une relation d’alliance entre un homme et une femme est-elle possible? L’amour est-il autre chose que l’euphorie d’un instant qui se termine toujours dans les blocages et la haine? N’est-ce pas là l’expérience de tant de couples?

Je crois que cette relation permanente est possible lorsque le cœur de chacun a été touché par Dieu et qu’il est sur la voie de la guérison. C’est cette rencontre avec Dieu qui lui permettra de vivre toutes les exigences de la relation. Dans le passé et encore aujourd’hui encore, dans les pays où la famille demeure traditionnelle, l’union entre l’homme et la femme était plus facilement permanente. On vivait tous ensemble ou très proches : cousins, frères et sœurs, grands-parents, oncles et tantes. Il y avait peut-être moins d’affrontements, à proprement parler, entre l’homme et la femme car ils n’étaient pas seuls l’un en face de l’autre. Leurs relations étaient diffuses dans le groupe. Par contre, dans la famille nucléaire, l’homme et la femme se trouvent souvent très isolés avec leurs enfants. Si leur relation n’est pas faite de partage et de délicatesse, elle risque de se détériorer très vite. Pour qu’une relation demeure vivante, il faut de l’énergie, de la créativité et du temps. Mais beaucoup de couples vivent dans des situations telles qu’ils n’ont plus d’énergie pour approfondir leur relation et celle-ci part à la dérive.

La relation entre l’homme et la femme est si précieuse, pour eux deux mais aussi pour les enfants, pour la société, pour Dieu, que le Père lui-même a promis de toujours leur venir en aide afin qu’ils puissent cheminer vers une unité plus profonde. Cette union entre l’homme et la femme est une chose sacrée. Elle est à l’image de Dieu, Père, Fils et Esprit. Elle est la toute première union humaine, la source de toutes les autres unions humaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous deux

Les autres chroniques du mois