Éditorial,

Responsable de la chronique :
Éditorial

Promesses d’un éternel été

Imprimer Par Jacques Marcotte

Splendeur. Plénitude de lumière, de force et d’amour. C’est enfin l’été. Alors que peu à peu sont venus soleil et grande chaleur, pluie et vent, orages soudains et queues d’ouragans. Tous les contrastes venant ensemble souligner l’ampleur et la gravité d’une saison immense. La belle saison !

Dans les élans du matin se mélangent les lourdes rosées, le chant des fauvettes et toutes nos questions et nos doutes sur le temps qu’il va faire. Car c’est au plein soleil de midi que pourront mûrir nos pensées et nos rêves. Quand las de corvée et de travaux nous ferons taire nos efforts et se calmer nos fatigues. À l’heure où plus rien ne bouge. Tellement il fait chaud. Tellement il fait bon. C’est alors qu’il nous faut reprendre souffle, trouver ressourcement et forces neuves.

C’est à l’heure de midi, l’été, que tout se met finalement en ordre et en attente. D’une plénitude qui déjà s’annonce. N’était-il pas midi sous le chêne de Mambré, quand sont venus tous ensemble la promesse et le fruit? Quand l’accueil d’Abraham délivrait une prière et quand le Visiteur heureux paya de sa bénédiction l’hôte et l’hôtesse émerveillés? (Genèse 18, 1-15)

Il était bien midi ce jour-là au puits de Jacob. Quand une femme et un homme se sont rencontrés pour un étrange dialogue. Lui, venu de loin. D’ailleurs. Porteur d’un secret divin. Elle, venue de chez nous. Porteuse d’eau et fatiguée de ses mille misères. Tous les deux s’engageant en un précieux échange annonciateur d’une eau vive pour tous. (Jean 4, 5-15)

C’est à l’heure de midi, en plein soleil, quand mûrissent les fruits, que sur la croix le Christ s’est offert. Quand vint le temps pour lui d’étendre les bras. Quand il a tout donné de lui-même pour qu’en lui tout de nous renaisse pour l’éternel été.

Paix d’un soir d’été. Quand sont achevées les grandes corvées. Quand nous avons déjà en bouche le goût des fruits mûrs. Quand, au lieu de laisser s’agiter en nous pensées nocturnes et vieilles inquiétudes, nous faisons le tri de nos plus belles récoltes, celles des fruits de l’Esprit, qui sont paix, miséricorde et joie, amitié et partage, toute douceur et tendresse en nos vies.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Éditorial

Les autres chroniques du mois